Envoyer à un ami

« Sur la trace du loup » - Québec - Bilan 2019

Voir descriptif détaillé

« Sur la trace du loup » - Québec - Bilan 2019

Voir descriptif détaillé

Loup Québec
Sur les traces du loup au Canada
Venez en apprendre plus sur un des plus emblématique et discret animal du Canada. En pleine forêt boréale, venez découvrir ce territoire grandiose à la manière des premiers habitants du nouveau continent.

Le Projet

CE QUE NOUS AVONS RÉUSSI A FAIRE

Ce séjour était mis en place sous cette forme pour la première fois et il s’est avéré être une réussite pour plusieurs raisons.
Le projet de base est déjà très ambitieux. En effet mettre en place un suivi du loup avec un groupe de jeune participant sur deux semaines n’est pas chose facile. Obtenir des résultats sur une durée aussi courte s’avère peu probable.
Mais dans ce cas ci il s’agissait de créer le séjour de toutes pièces, sur un nouveau territoire que nous ne connaissions pas sans réelles certitude de sa pertinence pour le projet.
Et pourtant le projet a été une réussite à (presque ?) tous les niveaux.
L’organisation logistique a été solide et a permis le bon déroulement du séjour et du projet scientifique.
En effet nous avons réussi à obtenir beaucoup de données sur le loup durant les deux semaines tout en respectant le programme prévu au préalable.
Chaque protocole a pu être mis en place par les participants et chacun a donné des résultats concluants. La mise en place des pièges photos a pu être réalisée sur des terrains propices au loup et grâce à cela des images intéressantes de l’espèce ont été prises.
Des hurlements ont été entendus et enregistrés et les Transects ont donné de très nombreux résultats (empreintes, fèces etc.).
Différents facteurs expliquent ces résultats. Premièrement l’appui sur les locaux nous ont permis d’obtenir de nombreuses informations sur ce territoire que nous connaissions mal et sur le loup en lui même. En effet même si nous n’avions pas de réel partenariat avec un organisme local nous avons quand même pu échanger avec des employés de la réserve qui nous ont aidé dans notre projet. Le technicien de la faune nous a par exemple aiguillé sur les secteurs qu’il considérait comme propice au loup, nous permettant ainsi de ne pas réaliser nos protocoles au « hasard » dans la réserve.
Deuxième facteur expliquant ces résultats : une grande liberté d’action sur le terrain. Durant le séjour nous avions le choix d’adapter le programme en fonction des informations et données que nous récoltions au fur et à mesure. En effet, même si nous ne pouvions pas modifier nos expéditions en canot (réservation des canots et des sites de camping) nous avions tout de même la liberté de choisir les secteur à explorer au jour le jour. Ainsi, quand nous avons entendu parler d’un secteur propice au loup 10 km à l’est du camping nous avons eu la possibilité de nous y rendre le lendemain même. Ce qui au final nous a permis de mettre en évidence la présence d’une meute de loup ayant mis bas à des louveteaux cette année. Et c’est sur ce fonctionnement que le séjour s’est basé, tout le groupe discutait ensemble de la « stratégie » à adopter et des secteurs à explorer. Nous faisions ainsi ensemble le programme des activités scientifique pendant le séjour, ce qui a donné de très bons résultats.
Troisième facteur expliquant ces résultats : des protocoles efficaces et bien mis en place. En effet nous avons décidé de nous concentrer sur l’objectif central et de ne pas trop divaguer sur des activités scientifiques secondaires ou sur des protocoles « tests ». Ainsi nous avons utilisé trois protocoles dont nous connaissions l’efficacité. Les participants ont pu les mettre en place sans trop de difficultés et avec intérêt. Les résultats ont été au rendez vous.
La stratégie de transect jumelé aux prospections au près des locaux ont donné de très bon résultats. Nous avons gardé le même protocole pour son efficacité durant tout le séjour ; utiliser les chemins et sentier forestier secondaires peu fréquentés dans des territoires propices.
Un autre facteur expliquant le bon déroulement du séjour a été l’hétérogénéité des activités malgré la redondance des protocoles. En effet ces protocoles peuvent s’avérer trop répétitifs pour des jeunes participants en vacances. Pour pallier à cela, les trois jours de canot ont apporté un bon compromis. Cela a permis de changer complètement la façon dont se déroule le séjour ; une partie en camp fixe à la recherche du loup à pied ou en voiture et l’autre partie en itinérance en canot sur le lac. On y découvre les oiseaux du lac, comment diriger un canot, faire un portage etc. Pour autant le suivi du loup ne s’arrête pas, nous avons quand même mis en place nos protocoles durant ces expéditions en les adaptant parfois. Néanmoins les résultats ne sont pas aussi nombreux.
Le moulage d’empreintes a été une activité ludique et plaisante qui a bien fonctionnée. Les participants ont pu repartir avec des moulages d’empreintes (ours noir et loup).

CE QUI AURAIT ÉTÉ INTÉRESSANT DE FAIRE AUSSI, MAIS QUI N’A PAS PU ÊTRE FAIT

- Un partenariat officiel avec un organisme local de gestion du territoire (Sépaq, parc Canada etc.)
- Un partenariat avec un laboratoire de génétique pour faire analyser nos prélèvements.
- Une mise en place des pièges photos à l’avance, ou bien relever les pièges photos mis en place par la réserve.

LES DÉFIS POUR LES PROCHAINES ANNÉES

Le Projet de Recherche

Mise en évidence et suivi du loup de l’est dans la Réserve Faunique du Saint Maurice :
- Transect indices de présence du loup ;
- Transect indices de présence des proies du loup ;
- Transect herbivorie ;
- Pose de pièges photos ;
- Prélèvements indices de présences (fèces, empreintes, poils) ;
- Hurlements provoqués ;

Concept Appris sur le séjour

Pendant cette mission de suivi du loup de l’est, nous découvrons et mettons en pratique des compétences aussi bien techniques que scientifiques. Pour la bonne réalisation de cette mission, nous devons avant tout apprendre à vivre en autonomie dans la forêt boréal pendant plusieurs jours. Cela implique de connaitre et maitriser les différentes techniques de gestion d’un campement et d’orientation en région isolée à savoir le montagne d’un camp, savoir allumer un feu, savoir cuisiner en plein air, savoir utiliser une boussole et un GPS, savoir se déplacer en canot ou encore limiter son impact sur le territoire. Sur le volet scientifique, la mission “Sur les traces du loup au Canada” fera découvrir et maitriser différents protocoles scientifiques de suivi du loup comme le pistage, la pose de pièges photo ou encore le prélèvements d’indices de présence (poils, fèces, empreintes, etc.).

Le Matériel Utilisé

Pendant une mission scientifique nous utilisons beaucoup de matériel pour la logistique ou pour la recherche.
Pour la logistique :
- Tente et tente de groupe ;
- Cordes ;
- Kit filtration eau ;
- Kit cuisine ;
- Canot
- Carte, boussole et GPS
Pour la science :
- Jumelles et longue vue ;
- Piège photo ;
- Plâtre pour empreintes ;
- Clés d’identification ;
- Kit de prélèvement ;
- GPS ;
- Appareil photo et drone ;

Le lieu

Le programme “Sur les traces du loup au Canada” est mené dans la Réserve Faunique du Saint Maurice au nord de Trois Rivières. Nous établissons notre camp fixe sur les bords du lac Tousignant sur lequel nous partons en itinérance pendant plusieurs jours en canot. Nous visitons aussi différents lacs de la Réserve comme le lac Wessonneau, Normand ou bien Dorval.

Le Quotidien sur Place

Voici une journée type sur une mission sur “Les traces du loup au Canada” :
Réveil à 7h00 pour un petit déjeuner Québécois (patate, oignons, sirop d’érable et blues (myrtilles)).
On prépare les canots pour aller faire de l’observation depuis le lac dans la brume matinale. On espère pouvoir voir des orignaux, des castors, des pygargues à tête blanche. Retour au camp de base pour une petite pause et préparer le pic nique. On repart à 11h en canot pour rejoindre un sentier forestier abandonné sur lequel le loup peut potentiellement se déplacer. On remonte le sentier jusqu’à un petit lac au bord du quel nous prendrons le repas du midi. Si nous trouvons des indices de présence (empreintes, poils, urine, etc.), nous prendrons la décision de poser un ou deux pièges photos. Nous récoltons les indices de présences et les enregistrons dans notre carnet de recherche (point gps, altitude, espèce supposée, type de territoire, etc.). Nous retournons aux canots en fin d’après midi afin de profiter d’une baignade dans le lac sur une petite plage de sable. Retour au camp de base à 18h pour préparer le repas du soir sur le feu de camp, faire la synthèse de la journée et préparer l’activité du soir (jeux, histoire, retour de groupe, etc.)

L'Équipe

L’équipe de la mission “Sur les traces du loup au Canada” est composée du Responsable Scientifique Sébastien Waterlot, du Responsable Pédagogie Logistique Benoît Sappe et d’une encadrante guide d’aventure Québécoise.
La mission est porté par le programme d’OSI Biodiversita dont le responsable scientifique est Sylvain Allombert.

L'Hébergement

La totalité de la mission se fait sous forme d’expédition c’est à dire que nous montons un camp de base pour toute la durée de la mission dans l’air de camping aménagé au bord du lac Tousignant. Pendant plusieurs jours nous partons en autonomie complète en itinérance en canot sur le lac. Ces temps d’itinérance sont les moments forts de l’expédition car nous montons nos propres camps avancés en plein coeur de la forêt boréale. Au camp de base nous avons des douches avec de l’eau chaude mais aucun accès à l’électricité.

Le Programme au Jour le Jour

Dimanche 14/07 : Arrivée des participants à Montréal. Trajet vers la Réserve Faunique du Saint Maurice (Lac Tousignant) en minibus. Repas et nuit au camp de base.
Lundi 15/07 : Journée découverte à pied et en canot
Mardi 16/07 : Sur la piste du loup (transect). Premier protocole de recherche (hurlement provoqué) et collecte des indices de présence, pose des pièges photos.
Mercredi 17/07 : Départ pour trois jours en autonomie sur le lac Tousignant en canot vers le sud (montage et montage de camp, se déplacer en canot, observation en ornithologie, etc.)
Jeudi 18/07 : Sur les traces du loup (transect) sur un sentier abandonné.
Vendredi 19/07 : Observation et transect, retour au camp de base.
Samedi 20/07 : Journée de pause et synthèse de la première semaine. Préparation du repas de fin de semaine.
Dimanche 21/07 : Journée de transport pour ceux qui partent et journée détente pour ce qui restent.
Lundi 22/07 : Exploration de nouvelles zones propices à la présence de meutes (transect).
Mardi 23/07 : Exploration de nouvelles zones propices à la présence de meutes (transect).
Mercredi 24/07 : Départ pour trois jours en autonomie sur le lac Tousignant en canot vers le nord (montage et montage de camp, se déplacer en canot, observation en ornithologie, etc.)
Jeudi 25/07 : Transect vers le nord et randonnée vers les chutes du vent.
Vendredi 26/07 : Journée retour vers le camp de base et observation ornithologie et botanique.
Samedi 27/07 : Récupération des pièges photos et synthèse des deux semaines de mission. Restitution de groupe.
Dimanche 28/07 : Rangement du camp et trajet retour vers Montréal. Départ avion fin de journée.

Documents produits

À la fin de chaque mission, l’équipe de l’expédition produit un journal de bord détaillé de la mission qui sera publié sur le réseau OSI. Au même moment, il sera produit une synthèse de la mission avec images et vidéo, cartes annotées, etc. Cette synthèse scientifique sera présentée par les participants lors de la retransmission de fin de mission dans les locaux des partenaires locaux (centre d’interprétation Sépaq, université à Montréal, etc.)
Enfin chaque mission donnera lieu à la rédaction d’un bilan scientifique qui présentera les résultats obtenus et fixera les objectifs pour les prochaines missions.

Affiches & Flyers

Chaque année, un livret du participant est édité. Celui rassemble de nombreuses informations sur la mission (faune et flore du territoire visité, clé d’identifications, règle à mesurer, etc.) mais permet également au participant de tenir son propre journal de bord de l’expédition.

A prendre avec soi

Liste du matériel personnel à prendre avec soi pour la mission « Sur les traces du loup au Canada » :
Sac de couchage chaud -5°C
Matelas de sol léger de camping
Sac à dos 65 litres de 20kg (23kg max. sinon surchage à l’aéroport)
Petit sac à dos (30 à 40 litres) pour les affaires d’une journée. Sac cabine d’avion
2 Gourdes (1 ou 1.5 litre) (en soute)
Lampe frontale
Piles de rechange pour frontale
Sifflet
Moustiquaire pour la tête
Sac pliable étanches (1 de 10L vêtement et 1 de 20L pour sac de couchage)
Serviette légère
Brosse à dent
Savon biodégradable (petit volume) (en soute) (savon de marseille ou savon d’Alep)
Shampoing biodégradable
Dentifrice (petit tube)
Couteau camping (couteau suisse) (à mettre dans le sac de soute)
Thermos (facultatif)
Boussole
"Petite trousse de pharmacie perso (Pansements, (ampoule), traitement
médical en cours si nécessaire : une copie ou l’originale des ordonnances est obligatoire)"
Lotion anti moustique
Crème solaire
Sac poubelle (protection humidité)
"Ne pas apporter de cosmétiques, parfum, crèmes,
déodorants très parfumés. Ils peuvent attirer les ours."
Manteaux de pluie (goretex) Coupe vent
Pantalons de pluie
Parapluie pliable (conseillé)
Polaires x2
Chaussure de marche imperméable
Chaussure de rechange pour le soir chaudes
Crocs ou sandales
Sous vêtements chauds haut et bas
Chapeau ou casquette
Lunette de soleil
Grosse chaussette pour le soir
Petits gants
“Vêtements longs et amples pour le soir
(protection contre moustiques)”
Bonnet
Cache cou
“Chaussettes (nb en fonction de la durée du séjour)
(pas de socquettes basses)”
Culottes - slips (nb en fonction de la durée du séjour)
T-shirt (nb en fonction de la durée du séjour)
2 shorts
2 pantalons en coton légers ou synthétiques (pas de jeans)
Jumelles (facultatif)
Carnet stylos Crayon
Appareil photo (facultatif)

A voir aussi



Nos partenaires

Voir également