Mission FBI spécial Insectes et Champignons (25 octobre au 1 novembre (...)

Deux nouvelles recrues viennent renforcer deux anciens du camps Biodiversita afin de chercher et trouver les espèces d'insectes et de champignons (...) Voir descriptif détaillé

Mission FBI spécial Insectes et Champignons (25 octobre au 1 novembre (...)

Deux nouvelles recrues viennent renforcer deux anciens du camps Biodiversita afin de chercher et trouver les espèces d'insectes et de champignons (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

Il a été découvert dans le centre de Crupies une sauterelle cavernicole assez rare (Dolichopoda azami) et nous allons essayer d’en apprendre plus sur ses mœurs locales (lieu de reproduction, d’alimentation, etc...). Et bien évidemment, nous nous attarderons sur toutes choses vivantes que nous allons rencontrées, en particuliers insectes et champignons afin de continuer les inventaires commencés par les séjours précédents. Cette page est le journal de bord des aventures quotidiennes de ce camp Biodiversita automne 2015 !

Le Journal de Bord

Bienvenue aux parents des quatre recrues du F.B.I. (Fast Biodiversity Inventory) ! Ces recrues sont Yoan, Andréa, Guillemette et Nils.

Dimanche 25 octobre 2015

Après avoir traversé les collines et monts, parés des plus belles couleurs automnales avant le bal d’hiver, nous sommes tous bien arrivés au centre de Musiflore.

Une fois installés et dit au revoir à nos parents, nous avons commencé par apprendre à nous connaître, tous camps confondus. Le premier jeu fut autour des prénoms. Puis, nous nous sommes entortillés en nous donnant la main et le but était de se démêler. Et pour finir, Antoine nous proposa de réaliser un figure difficile de groupe...

Et l’heure du repas était déjà là.

Pendant la première partie de la veillée nous devions faire deviner une anecdote en mimant, puis deviner à qui était arrivée cette anecdote. Après avoir bien rigolé, les plus jeunes sont allé au lit, et les autres sont sortis pour se défouler un peu et regarder quelques objets intéressant du ciel (la lune, une étoile double, des amas et des nébuleuses...) à travers le télescope. Et ensuite, tout le monde au lit !

Lundi 27 octobre 2015

Nous avons commencé notre journée par un forum. C’est un temps durant lequel chacun s’exprime sur ses envies, ses attentes et ce qui ne lui plaît pas.

Phase contact

Tout d’abord, pour rentrer au F.B.I. (souvenez vous, Fast Biodiversity Inventory) il faut passer un test ! Un haut fonctionnaire du bureau international est donc venu nous rencontrer dans notre labo pour nous faire passer ce test. Il consistait à récolter un certain nombre d’insectes et de les identifier, ainsi que des parties précises de plantes, communes sur le centre (chêne pubescent, aulne, cèdre, etc...). Grâce à de nombreux livres, et un esprit d’équipe du tonnerre, nous avons pu récolter tout ce qui était demandé. Cela nous prit une bonne partie de la matinée, puis nous sommes rentrés au labo pour analyser et identifier ce que nous avons récoltés. Entre temps, Sylvain le responsable du programme, dit « Bugbuster » nous a rejoint.

Nils, le roi du filet, met une sauterelle dans un tube.
Vérification par le F.B.I.
Le fonctionnaire du F.B.I. nous donne quelques indices.
Attention ! Cette plante est toxique si on la touche et elle sent très mauvais. C’est l’Hellébore.
La mission avance !

Au cours d’un premier trie dans les insectes récoltés, nous nous sommes rendu compte que l’automne est une saison où le groupe des orthoptères (criquets, sauterelles, grillons) est le plus représenté.

De retour en salle avec notre récolte.

Le temps passe et c’est déjà le déjeuner !

« Le mot de l’éducateur » :
L’objectif de ce temps était d’appréhender le projet d’inventaire de façon dynamique et facile et d’éveiller les sens pour repérer toutes sortes d’êtres vivants. Les recrues ont aussi pu se rendre compte qu’il est difficile de chercher au hasard dans des livres pour identifier quoi que ce soit, et que l’utilisation de clés est une méthode plus adaptée.

Après un temps libre, nous avons attaqué la suite du programme.

Phase découverte 1

Comme nous avions réussit notre test, le haut fonctionnaire du bureau international nous a remis notre ordre de mission. Il consiste à retrouver cette fameuse sauterelle cavernicole, faire un inventaire des orthoptères et de la biodiversité en général. Et oui, les champignons sont passés un peu à la trappe, devant l’engouement général pour les petites bêtes, et l’envie de se spécialiser sur un groupe d’êtres vivants.

Voyez ces belles fiches de mission remplies ! A nous le F.B.I. !
Et voici la lecture officielle de l’ordre de mission !

Ensuite, le monsieur du F.B.I. nous a posé des questions sur le protocole à suivre, et nous avons déterminé qu’à chaque nouvelle espèce, il était primordiale de relever la date, le lieu et le collecteur, en plus du nom d’espèce.

Pourquoi un protocole ? Le monsieur du F.B.I. nous en dit plus.

Une fois le protocole et l’ordre de mission bien en tête, nous sommes partis sur les traces du dolichopode (la sauterelle cavernicole). Elle aime les endroits humides et sombres, et il y a une petite rivière sur le centre qui passe dans des anfractuosités, des creux, des grosses conduites... bref ce qu’aime notre sauterelle ! Nous avons donc exploré tous ces lieux.

La recherche des sites à Dolichopode est périeuse...

« Le mot de l’éducateur » :
Il est important, dès le début, de comprendre l’importance du protocole. Car c’est grâce à lui que la science peut s’appuyer sur ce qui a déjà été fait, vérifié, et reproduit, permettant sans cesse d’aller plus loin. Ainsi, dès le collectage de la moindre donnée, la rigueur scientifique opère...

Nous avons terminé par une petite balade sur une crête en face du centre. Nous y avons trouvé de nombreuses traces de mammifères (empruntes de chevreuil, crottes de renard et de mustélidés) et un oiseau complètement dévoré. Après examen, il le fut par un autour.

La crête est à quelques mètres !
Retour au centre.

Nous sommes arrivés au centre pour le gouter, c’était un brownies maison !

Ensuite, Bernat, Léonard et Nils nous ont expliqué le jeu qu’ils avaient préparé. C’était une sorte de Zagamore, jeu de rôle qui nous emmena jusqu’à l’heure des douches.

Après le dîner nous avons fait, à la demande général, une gamelle nocturne.

Le soleil est couché déjà depuis longtemps, laissant place à la pleine lune qui joue à se parer de fines soies blanches, ne dévoilant qu’un partie de sa luminosité. C’est l’heure d’aller se coucher...

Mardi 27 octobre 2015

La journée par Andréa et Guillemette :
Ce matin, après un bon petit déjeuner, nous sommes allés à la chapelle de Saint Jean.
Nous avons appris à utiliser une carte et à l’orienter. Ensuite, nous avons fait un puzzle d’une grande sauterelle.
Après de laborieuses recherches nous avons trouvé des insectes : un coléoptère envahis d’acariens, ainsi que des criquets. Ne trouvant pas grand-chose d’autre nous avons décidé de rentré continuer nos recherches à Musiflore. Après le repas nous avons repris les activités : à l’aide des clefs de détermination nous avons identifié les insectes trouvés durant la matinée (un criquet reconnaissable qu’au chant, un Cortipus vagans, etc…).

« Le mot de l’éducateur » :

Phase découverte 2

La première partie de la journée était la rencontre avec notre terrain de prospection, choisi en raison de son importante diversité spécifique et de la présence d’espèces remarquables. Il se trouve à quelques kilomètres du centre, autour d’une chapelle du IIe siècle. Il était alors important de se repérer et d’identifier ce terrain. Nous avons ainsi appris à orienter une carte avec une boussole et nous repérer grossièrement.

Où sommes nous sur la carte ?
Comment oriente-on une carte ?

Ensuite, les recrues s’étant rendu compte le matin qu’il leur manquait un peu de vocabulaire technique pour rentrer dans le vif du sujet, à savoir la récolte et l’identification des orthoptères et autres insectes, il fallait remédier à cela. Ceci fut fait grâce à un puzzle d’une sauterelle géante légendée.

Pas si facile ce puzzle !
Bientôt fini !
Et voilà le résultat !






























Une fois prêt à identifier les individus rencontrés, nous sommes partis à la recherche des petites bêtes. Hélas, ce n’était pas visiblement le moment pour rencontrer les orthoptères...

Il n’y a pas grand chose dans les filets...
Et par ici ? Non plus. Sortons la longue vue pour les oiseaux...
Une magnifique mésange à longue queue.
La même de face, quelle star !

Les pigments en fin de vie teintent notre retour au centre.

Un aperçu depuis la chapelle.
Dès que le soleil perce, les couleurs se dévoilent !





























Et après le repas, en s’aidant du puzzle, nous avons identifié plusieurs espèces.

Le gouter !!!

Requinqué par le gouter, nous avons eu la chance d’avoir toutes les portes du centre ouvertes pour nous, tandis que les nuages eux, se refermaient sur le soleil, laissant tomber leurs humeurs humides… Il ne nous restait qu’à trouver le jeu et ses règles.
Halloween aidant surement, un infecté devait toucher les autres, qui devenaient infectés aussi, aidant à répandre l’infection…

On s’y croirait....!
Sauvez-vous ! Voilà les infectés !





















La menace zombie passée, nous pûmes aller dîner !

Ce soir, le camp biodiversita a demandé l’aide du camp drone pour aller à la recherche de la fameuse Dolichopoda. Hé oui, elle sort plutôt la nuit, quand il fait humide, et avec la pluie… Nous nous sommes séparés en deux groupes pour aller explorer les lieux, judicieusement repérés la veille. Bilan : 6 ou 7 salamandres, 2 gros crapauds observés, des nouvelles sauterelles et des escargots schtroumpfs… Pas si mal !

Où est-tu Dolichopoda ?!
Un crapaud commun
Une salamandre tachetée






























Puis, les plus âgés terminèrent en créant un jeu dont le but est de raconter une histoire ensemble… L’imagination plutôt étrange de chacun à produit bon nombre de fous rires…

A demain pour la suite !

Mercredi 28 octobre 2015

La journée par Yoan et Nils :
Nous nous sommes levés à 8h 20. Et le p’tit déj’ était très bon. Ensuite nous avons fait le forum avec Jean comme chef. Puis le boulot a repris ! Sur le tableau blanc nous avons classés les animaux qui étaient sur les post-it. Après ce petit classement, nous sommes sortis observer des oiseaux avec le matériel nécessaire : longue-vue, jumelles, appareil photo et nos yeux. Au retour, nous sommes allés déjeuner. Après ce repas majestueux nous avons fini de répertorier les animaux trouvés la veille. Après un gouter nous avons joué à « capture the flag » s’ensuit des douches puis l’écriture de ce texte. Je ne puis en dire plus car cela ne s’est pas encore passé.
A demain pour la suite !

Rédaction du rapport de la journée pour le F.B.I.

« Le mot de l’éducateur » :

Phase approfondissement 1

L’objectif de la matinée était d’aller plus loin dans la compréhension de la classification du vivant, et particulièrement des insectes. A travers le tri de tous les post-it affichés la veille, nous avons mis ensemble certaines espèces selon différents critères. Nous avons dû définir des niveaux hiérarchiques (classe, ordre et famille) pour classer tout ce qui nous était passé par la tête. Nous avons vu que l’on peut rapprocher certains groupes (comme oiseaux et reptiles). Pour finir avec ce temps, nous avons déduit du nom des principaux ordres d’insectes, comment on peut les reconnaître.

Tous nos animaux bien classés ?

La tête pleine, nous sommes allés prendre l’air entre les gouttes pour relâcher les insectes récoltés et identifiés de la veille. Voyant voleter de nombreux oiseaux, nous avons décidé de nous y intéresser davantage. Nous avons vu ou entendu un pic vert, une mésange charbonnière, un troglodyte mignon, des sittelles torchepots, et d’autres. Enfin, avant de passer à autre chose, il était important de noter tout ce que nous avions observé la veille et le matin. Nous avons donc identifié les salamandres tachetés et le crapaud commun. C’est déjà pas mal pour une matinée ! Au déjeuner !

Un oiseaux ?

Devant le déluge de l’après-midi, nous nous sommes résignés à rester à l’intérieur. Nous en avons profité pour nous remémorer la morphologie d’un insecte et la classification. Nous avons terminé l’identification des orthoptères récoltés la veille au soir (il y avait par exemple Meconema meridionae). Puis, Andréa a préparé un insecte pendant que les autres faisaient un défi nature. Ensuite, nous avons rentré les données sur la base de données en ligne.

Andréa prépare une sauterelle.
Pas si facile de bien disposer le méconème...

Encore une fois, l’activité de l’après-midi fut à l’initiative des participants, aidés par les animateurs dans la mise en forme. L’intérieur du centre fut de nouveau le théâtre de courses poursuites haletantes.

Mise en place des équipes avant la capture de drapeaux.

La veillée fut des petits jeux de ballon et nous terminâmes par des exercices de relaxation.

Rendez-vous demain !

Jeudi 29 octobre 2015

Ce matin le soleil brille de mille feux ! Enfin !

La journée, par Yoan, Guillemette et Nils, interviewés par Antoine et filmés par Jean, tous deux de l’équipe drone :
La Vidéo devrait venir dans la journée...

« Le mot de l’éducateur : »

Phase Approfondissement 1

Avant d’entrer dans le vif du sujet, c’est-à-dire le projet, il était important de bien comprendre les enjeux des inventaires et les concepts qui tournent autour. Pour ceci nous avons dessiné sur un tableau blanc tous les êtres vivants qui nous passaient par la tête. Il y eut, entre autre, le circaète, le phasme, le mulot, le cèdre, le loup et le chevreuil. Ensuite, nous avons représenté les relations de prédation. Ceci représentait alors les relations trophiques dans un écosystème. Pour finir, nous avons regardé comment cet écosystème évoluait quand on modifiait la quantité d’une espèce, ou qu’on la retirait. Cela nous a permis de comprendre que chaque espèce avait sa place dans l’écosystème.

Ecosystème, relations trophiques et leur dynamique
Jeu autour des enjeux des inventaires

Ensuite, nous avons joué avec les causes et les conséquences de changements dans un écosystème, et les outils (spécialement les inventaires) qui permettent de les mesurer. Cela nous a permis de saisir la portée du F.B.I.

Le reste de la matinée fut allouée au projet d’inventaire, interrompu par la rencontre d’un sanglier ! A la fin de la matinée, nous avons commencé à identifier les insectes récoltés. Nous avons trouvé beaucoup de Chorthippus spp., ce qui signifie qu’ils appartiennent à une des trois espèces de ce genre, identifiables qu’au chant. Nils préféra préparer une sauterelle Leptophyes punctatissima, que l’on avait trouvé mort.

Nils en train d’identifier une araignée, conclusion, c’est {Araneus diadematus}
Guillemette en train d’identifier un criquet, certainement un {Chorthippus}
Nils en train de préparer une autre sauterelle

Nous nous sommes aussi initié à la photo macro. Quelques exemples avec de gauche à droite des photos prise par Maxime, Nils et Guillemette.

L’après-midi fut passée sur le chemin et dans une grande prairie au-dessus du centre, surplombant les alentours. La vue y était saisissante. Le retour se fit au crépuscule…

A peine arrivés, et déjà on sort le matériel drone
Il y a beaucoup de criquets ici !
Et la récolte reprend, aidés par les drones
Tout le monde se met au drone et à l’immersion grâce aux lunettes vidéo
Avant de repartir, un petit jeu organisé par Antoine
Le retour de la balade

Quant à la veillée, c’était la FUREUR ! Tout le monde déguisé pour faire une sorte de blind test amélioré avec des défis…

Le groupe...
La danse des monstres de Thriller
Un tango entre la Muerte et Josie

Vendredi 30 octobre 2015

Aujourd’hui, les nuages semblent définitivement vaincus par le soleil. Tant mieux !

La journée, par Yoan, Guillemette et Andréa, interviewés par Jean et filmés par Nils. Que de sérieux dans cette équipe F.B.I. :
La Vidéo devrait venir dans la journée...

« Le mot de l’éducateur : »

Le matin, l’herbe étant trempée, le mieux était d’attendre le soleil de l’après-midi et d’en profiter pour identifier ce que nous avions récoltés jusqu’alors. Nils a identifé une araignée et a rentré les données en ligne avec Yoan, tandis qu’Andrés et Guillemette identifiaient les criquets. Résultats : de nombreux Chorthippus identifiables qu’au chant, et quelques autres. Puis, nous sommes sortis pour prendre un peu l’air, et enrichir notre récolte.

Nils et Yoan en train de rentrer les données en ligne
Guillemette identifiant un criquet avec Andréa






























Après le déjeuner, nous nous sommes séparés, avec les drones, en trois groupes. Un groupe à la rechercher de petit bois, un groupe à la préparation de cookies pour le gouter avec la recette de Bernat et Andréa, et un groupe à la préparation de pattes à pizza.

Le bois ramassé, les pattes préparées et les cookies enfournés, nous avons repris les activités scientifiques. L’après-midi a été consacré à la collecte. Ce fut davantage les papillons qui nous stimulèrent…

Attrapé !
Mais qu’est-ce que ce papillon ?
Un {Colias crocea} sur le doigt d’Andréa, photographié par Guillemette
Juste pour les yeux...
Nous avons découvert, tapis dans les feuilles, cette mante en train de prendre son déjeuner.

En rentrant, direction la fermette pour manger nos délicieux cookies. Ensuite, nous avons allumé le feu dans le four à bois, et coupé, épluché et préparées les garnitures de nos futures pizzas. Le feu bien démarré et la cuisine de prête, nous sommes allez à la douche.

La préparation de la garniture des pizzas

Un peu avant 19h, nous sommes retournés à la fermette afin de confectionner nos pizzas. Puis, on enfourne. Au tour des tartes aux pommes et enfin, nous avons dégusté nos créations !!! Au chaud près du four.

La préparation des pizzas
La préparation des tartes aux pommes en accélérée
Les fameuses pizzas
La tablée de pizzas au chaud près du four à bois !
Les chamalllows grillés

Nous avons terminé par des chamallows grillés. Les plus âgés ont terminé par un jeu de société, le Dixit.

A demain pour l’avant dernière journée…

Samedi 31 octobre 2015

Le samedi, nous présentons nos résultats et ce que nous avons appris aux parents, c’est la retransmission. La matinée fut donc consacrée à l’organisation de nos idées et à la préparation de nos posters.

D’abord on organise et on écrit au crayon à papier
Maintenant on peut repasser sur le crayon à papier






























Après le déjeuner, nous avons terminé de préparer les posters pour les plus jeunes, et la présentation pour les plus âgés.

Préparation de la présentation

Les parents sont arrivés vers 15h et nous avons commencé la retransmission. Nous sommes allés voir les drones et nous leur avons posé des questions, et les drones ont fait de même. Puis, eurent lieu les présentations.

L’équipe Biodiversita devant son poster
L’autre poster

En conclusion, nous pouvons dire que nous avons appris à reconnaître et manipuler criquets et sauterelles et que nous avons compris l’intérêt des inventaires et leur efficacité dans la compréhension des écosystèmes (surtout les plus grands). En ce qui concerne nos résultats, nous avons identifié 8 oiseaux, 3 mammifères, 4 lépidoptères, 3 hémiptères, 3 araignées et 11 orthoptères. Et nous n’avons pas retrouvé la fameuse sauterelle cavernicole.

Et la dernière veillée, la veillée Halloween... Fut passée, déguisés, dans une grotte proche du centre, à jouer au loup-garou...

Préparation des citrouilles du jardin pour Halloween
Un aperçu des déguisement, dans la grotte
Le fameux Loup Garou !!!!
Nos belles citrouilles d’Halloween

Bien que certains villageois n’aient pas survécut, nous allâmes nous coucher, pour notre dernière nuit au centre. Demain c’est le départ !

Alors à bientôt sur les traces des orthoptères, ou d’autres groupes taxonomiques, pour en apprendre davantage sur les écosystèmes qui nous entourent et mieux en prendre soin...

Photos / Vidéos

Première préparation d’insecte pour Andréa et préparation d’un jeu sur la systématique.

Le forum

Nos partenaires

Voir également