A l'affut de la biodiversité du 8 au 22 juillet 2018

Voir descriptif détaillé

A l'affut de la biodiversité du 8 au 22 juillet 2018

Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Dimanche 8 juillet

Ça y est tout le monde est arrivé au grand hôtel du Cervin ! Il fait trop beau le ciel est super dégagé et on voit le sommet blanc du Cervin au fond de la vallée, en quatres mots : Un décor de rêve !

Nous avons quand même eu le droit à quelques péripéties lors de notre trajet jusqu’à Saint-Luc : le train depuis Genève et arrivé vers 16h à Sierre et le bus permettant de rejoindre Saint-Luc depuis Sierre partait seulement 6 minutes après l’arrivée du train ! Alors on a fait ce qu’on a pu mais entre le nombre de participants, les gros bagages et le monde sur le quai.... Et bien on a vu le bus partir devant nous !

Mais pas de panique Stéphen et Karol, les éducateurs d’astronomie et de Mineo ont tout de suite pris les choses en main et nous sommes partis dans le parc d’un côté pour faire des jeux ! C’en est suivi de parties de loup-garou à n’en plus finir, jusqu’au prochain bus qui partait de Sierre à 18h 15. Finalement personne n’était déçu d’avoir raté le premier bus, ça nous a permis de faire connaissance en faisant des jeux et de profiter du grand soleil qu’il y avait à Sierre.

Une fois arrivé à Saint-Luc tout le monde rejoint l’hôtel, on retrouve les autres participants qui sont déjà sur place et chacun rejoint sa chambre pour installer toutes ses affaires. Nous sommes une petite vingtaine de participants en tout et parmi nous certains connaissent déjà bien le centre puisqu’ils viennent depuis plusieurs années (le record est détenu par Yoan qui vient ici pour la 5e année consécutive !).

Après un repas bien mérité suite à cette longue journée de transport, Konan nous emmena dans un petit terrain enherbé pour faire des grands jeux de présentation. Le premier était un jeu de réflexion où il fallait mémoriser les prénoms des autres participants. On était tous en cercle et suite à notre prénom, il fallait dire quelque chose sur nous : « Je fais de la natation synchronisée par exemple ». Chaque autre personne faisant de la natation synchronisé devait avancer d’un pas et tous les autres reculer d’un pas. Donc très rapidement on a fait un grand mélange de personnes au milieu de la prairie ! Le 2e jeu était plus un jeu de réflexe : on était en deux équipes avec un drap nous séparant et à chaque fois que le drap était baissé nous devions dire le plus rapidement possible le prénom de l’adversaire qui était en face ! Un jeu beaucoup moins évident que ce qu’il parait !

Juste avant d’aller se coucher nous avons fait un troisième jeu : un time’s up sur le thème des règles de vie ! Il nous a donc fallu expliquer sans utiliser certains mots puis mimer des règles de vie en communauté, le thème était vraiment original pour un time’s up mais c’était vraiment fun.

Suite à ça, tous au lit ! Il est temps de dormir, la semaine va être bien chargée.

lundi 9 juillet 2018

Ce matin, après un petit déjeuné échelonner entre 8h et 9h, nous nous sommes tous retrouvés dans le salon de l’hôtel pour faire notre premier forum de la semaine. Les forums sont des moments qui peuvent prendre différentes formes et où chacun est invité à prendre la parole pour parler aux autres participants (et aux éducateurs) de ce qu’il lui a plu ou moins plus les jours précédents. On en a aussi profité pour parler de tous les grands jeux ou veillée qu’on aimerait bien faire dans la semaine et normalement il y aura un grand vote demain matin pour savoir lesquels on garde et lesquels on ne garde pas.

À 10h, les activités scientifiques commencent enfin ! Et Konan nous retrouve en ayant l’air complètement paniqué ! Apparemment ces 2 derniers mois un homme s’est installé dans le Cervin en se faisant passer pour un naturaliste qui étudie la biodiversité du Val d’Anniviers. Mais rapidement l’équipe d’OSI c’est rendu compte que cet homme capturait des espèces d’insecte rares pour les revendre à des collectionneurs. Mettant par la même occasion en danger certaines des populations d’insectes de Saint-Luc ! Konan nous a donc missionné pour infiltrer son bureau pour aller libérer les insectes et récupérer les noms et prénoms de tous ses acheteurs ! Il nous a d’abord fallu résoudre une énigme pour trouver le code qui ouvrait la porte donnant à son bureau et une fois à l’intérieur nous nous sommes mis à fouiller absolument partout pour trouver des morceaux de code, refaire des puzzles secrets, ouvrir des tiroirs cachés, trouver des clés pour ouvrir des coffres, résoudre encore des énigmes sur les papillons, les oiseaux et les plantes et enfin réussir à rentrer sur son ordinateur pour trouver les noms des acheteurs !!

Et bien sûr tout ça dans un temps limité, nous avions 1h30 devant nous avant qu’il ne revienne !! Le timing a été extrêmement serré, nous sommes sortis au bout de 1 heure et 27 minutes, mais nous avions tout ce qu’il fallait, la mission fut un succès ! :-))

Cet après-midi, comme tous les après-midis de la semaine, a été coupé en deux parties. Tout d’abord juste après le repas du midi, nous sommes partis tous les trois, toujours accompagné de Konan, sur les alpages de Saint-Luc. Pour ça nous avons dû traverser le village puis prendre le funiculaire qui nous a fait monter à 2180m (soit 500m d’altitudes gagnés en 5 minutes !). Une fois là-haut nous comptions sortir à l’extérieur pour commencer à attraper des papillons mais une surprise toute autre nous attendait sur les marches à l’intérieur du bâtiment du funiculaire : posés sur le sol, nous avons trouvé deux sphinx de la vigne (Deilephila elpenor), des papillons de nuit magnifique et pas très courant ayant très probablement été attirés par la lumière du bâtiment et qui se sont fait piéger à l’intérieur... Nous les avons donc ramassés et nous allons essayer de les réhumidifiés pour pouvoir les mettre en collection. Ça reste à vérifier mais il y a de fortes chances que ce soit une nouvelle espèce trouvée pour notre grand recensement !

Depuis le haut du funiculaire nous avons fait une grande randonnée pour retourner à pied jusqu’à l’hôtel du Cervin. Sur le chemin nous en avons profité pour observer toutes les espèces que nous avons pu croiser (principalement des plantes et des papillons, mais aussi quelques coléoptères, des oiseaux et Yoan a même eu la chance de voir un renard roux (Vulpes vulpes) pendant quelques secondes !).

Cela fait maintenant 5 ans que le séjour Biodiversita a lieu à Saint-Luc et c’est donc chaque année un petit peu plus difficile de trouver des nouvelles espèces à recenser. Nous avons donc essayé d’innover les techniques de piégeage : pour la première fois, nous avons posé des pièges attractifs au sol (pièges barber) pour essayer d’attirer des coléoptères vivants dans la litière des forêts. Nous en avons posé 4 en tout, avec quatre altitudes différentes (le plus haut a été posé sur les alpages de Saint-Luc et le plus bas pas très loin derrière l’hôtel).

Une fois de retour à l’hôtel nous avons dû avaler un goûter en toute vitesse (car un petit peu en retard sur le planning...) Et rejoindre le reste du groupe pour aller tous ensemble dans le bas du village pour faire une balle au prisonnier géante !

Une veillée assez originale ce soir pour conclure la journée, à 20h30 Konan nous a donné rendez-vous dans le réfectoire et nous a réparti en trois équipes. Sur chaque table séparant les équipes il y avait des sacs remplis de déguisement et d’habits originaux ainsi qu’une grille vierge et deux crayons : un rouge et un noir.

Voici les règles du jeu : à l’autre bout du couloir, Karol, assis sur un bureau, à une grille devant lui. Sur cette grille 25 symboles sont dessinés. Le but pour chaque équipe et d’être la première à réussir à recopier sur sa grille vierge tous les symboles présents sur la grille de Karol, mais évidemment si ce n’était que ça ce serait trop simple ! Voici la petite subtilité : dès que Carole dit notre prénom nous devons faire demi-tour et retourner à la case départ, nous devons donc être le mieux déguisés possible pour réussir à approcher la grille de Carole sans être reconnu et avoir le temps de mémoriser quelques symboles !

Mardi 10 juillet

Ce matin nous commençons la journée par un petit peu de laboratoire. Pour éviter de garder les insectes captifs trop longtemps, nous allons les étudier ce matin, essayez de les identifier, entrer leur nom dans la base de données puis les relâcher.

On s’installe donc et on prépare tous les outils dont nous allons avoir besoin : loupe binoculaire, livres d’identifications, petite loupe à main, un ordinateur pour pouvoir regarder les espèces que Marguerite a pris en photo hier... Et c’est parti !

Oscar et Yoan se lancent sur l’identification du papillon de nuit que Marguerite a pris en photo ainsi que des papillons que nous avons ramassé dans le funiculaire hier. Et après quelques recherches voici le résultat des courses :

- le papillon en photo était une « Bordure ensanglantée » (Diacrisia Sannio), un papillon de la famille des écailles (arctiidés).

- et les trois individus trouvés dans le funiculaire était respectivement des petits sphinx de la vigne (Deilephila porcellus), des papillons nocturnes rose et or vraiment beau et une belle dame (Vanessa cardui).

Pendant ce temps-là Marguerite s’est attaqué à l’identification du hanneton qui était venu se poser sur nous hier matin. Et après quelques autres petit activité au laboratoire (comme la ré humidification des Sphinx et de la belle dame pour pouvoir les mettre en collection dans les jours suivants) nous avons pris notre pique-nique et sommes partis accompagner du groupe d’astronomie manger sur les alpages !

Nous avons eu le droit à une explication sur la grande l’horloge solaire présente en haut du funiculaire par Stephen, l’éducateur d’astronomie et quelques temps après le repas, les deux groupes se sont séparés pour des activités différentes : les Astro sont partis sur le chemin des planètes alors que nous, nous avons repris plus ou moins le même chemin qu’hier pour aller relever tous nos pièges !

Et en étant moins pressé qu’hier nous avons beaucoup plus pris le temps, tout au long du chemin, pour identifier des espèces et faire des pauses d’observation ! Ce qui nous a permis d’observer des espèces peu courantes, comme une Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) !! Un oiseau prédateur qui a la manie d’empaler ses proies (lézards et micro mammifères) sur des branches pointues ou des fils barbelés !! Ce comportement lui permet d’avoir toujours de la nourriture à disposition même quand les journées de chasse sont infructueuses !!

Sur le chemin nous avons aussi commencé à réfléchir à un protocole qui permettrait de suivre l’évolution de la ligne des arbres sur les alpages. Pour ça nous avons noté tout ce qui nous paraît c’est important à observer, nous avons choisi les différences d’altitude auquel nous ferons ce protocole et nous nous sommes entraînés à identifier les arbres des alpages !

Pour ce qui est des pièges, le résultat fut mitigé... Ils ont bien attiré les insectes, mais peu de carabe (nous en avons trouvé quatre, et tous les quatre sont très probablement de la même espèce). Par contre les fourmis, elles, étaient bien présente !! Mais peu importe cette expérience fût intéressante tout de même !

À 16h05 nous sommes de retour au Cervin (après avoir fait une pause fraises des bois sur le chemin) et nous apprenons que l’activité de l’après-midi tourne principalement autour de la préparation des sacs ! Parce que demain nous partons en bivouac !! En parallèle cette préparation, des jeux avec des installé à l’extérieur : badminton, ping pong, slackline... De quoi bien s’occuper !

Le soir nous avons eu le choix entre deux veillées : regarder la demi-finale de foot France Belgique ou faire un Vampyr à l’extérieur (grand jeu où chaque nuit des villageois sont dévorés par des Vampyr et où le but est de survivre 5 nuits !)

Mercredi 11 Juillet

Aujourd’hui Konan est en congé donc nous partons (toujours armé de nos filets à papillons, de nos jumelles, de flacons et de quelques bouquins d’identification) avec Karol et le groupe Minéo sur les alpages de St-Luc.


Partie rédigée par le groupe Minéo -------------

Le soleil nous accompagne pour cette randonnée depuis Tignousa en direction du sommet de la Bella Tola. Les participants du séjour « à l’affût de la Biodiversité » (Marguerite, Yoan et Oscar) accompagnent ceux du « trésOr des mines » (Aurel, Elouan et Nino). La montée est rude dès le début, mais les participants sont en forme et passent rapidement devant les yeux goguenards des vaches paissant paisiblement. De petites pauses ponctuent notre ascension, l’occasion de jeter un coup d’œil aux papillons, criquets et autres insectes locaux. Plus haut, nous atteignons le marais de Roua, où nous allons bivouaquer. La vue est imprenable !
Une fois les sacs posés et le pique-nique englouti, c’est parti pour une partie de chasse aux têtards, nombreux dans les mares voisines. Puis nos enchaînons avec une activité de ramassage de bois, qui servira pour le feu de camp ce soir.
C’est enfin l’heure des activité scientifiques. Notre lieu de bivouac se situe à proximité de la mine de Garboula, dont la profondeur est inconnue puisque très vite noyée (au bout de 5 mètres environ). Mais la minéralisation est impressionnante, et de nombreux minéraux sont retrouvés dans l’imposant terril par nos chercheurs d’or (des fous : la chalchopyrite). Cerise sur le gâteau, nous rencontrons de nombreux exemplaires de la faune locale (grenouilles, chenilles, etc).
Une fois le cerveau bien échauffé, place aux muscles, avec une séance d’escalade. C’était la première fois pour la plupart des participants, globalement impressionnés par la grimpe sur un véritable rocher, qui plus-est en montagne.
Cette journée bien remplie enfin terminée, nous préparons le feu de camp en attendant les participants astronomes. Une fois ces derniers arrivés, nous préparons le dîner qui s’avérera fort bon. Le ciel quasiment dégagé nous gratifie d’un coucher de soleil spectaculaire avant de s’attaquer au dessert : bananes au chocolat fondu dans les braises, et marshmallows grillés !

Machoire de marmote trouvée par Oscar sur les alpages

Une fois le repas terminé, la nuit est déjà presque là. Et c’est alors que nous pensions ne pas avoir de veiller (22h c’est tard pour en commencer une...) Que Konan nous proposa une veillée conte et légende sur les constellations ! Nous avons donc eu les histoires de la Petite Ourse, de la Grande Ourse, d’Orion, du Scorpion, de Pégase, d’Andromède.... Et bien d’autres encore !

Et pour finir en beauté nous sommes endormis sous un magnifique ciel étoilé en ayant le sentiment d’être seul au monde !

Jeudi 12 juillet

On se réveille tous avec le soleil ce matin, et quoi de plus agréable que de sortir la tête de son duvet et d’être directement en pleine montagne avec une vue splendide sur les monts enneigés entourant la vallée ?

Marguerite a même devancé le soleil en se levant 2h avant tout le monde pour aller marcher au sommet d’une butte jouxtant le campement pour être aux premières loges pour voir les premiers rayons inonder le campement.

Chaque personne sort alors progressivement de sa torpeur nocturne, s’étire, se réchauffe, fini de se réveiller et rejoins le reste du groupe autour du feu de camp que nous avons raviver ce matin. Rapidement des tranches de pain sont toastées au-dessus du feu, le beurre, la confiture, et les verres de chocolat chaud circulent entre les mains. La journée s’annonce belle !

À 10h30, ça y est, on a fini de plier entièrement le campement et on fait un dernier signe aux Astro et aux Minéo qui rentrent directement à l’hôtel du Cervin. Nous, nous allons rester sur les alpages un petit peu plus longtemps pour identifier un maximum d’espèces de papillons présentes ici, sur les hauteurs. Et étant très proche d’un ruisseau de montagne, il y a des chances que nous puissions voir un petit Apollon !

Nous aurons finalement attraper plus de grenouilles que des papillons, mais en même temps il faut dire que c’est agréable d’être au soleil avec les pieds dans l’eau !

Bien sur, nous avons tout de même pris le temps de faire un petit recenssement des espèces de papillons présentes dans cette zone, et voici le résultat des courses :

- Enormement de Damier des alpages ( Euphydryas cynthia)
- Des mélitée alpines ( Melitaea varia)
- Des petites tortues ( Aglais urticae)
- Des satyrions (Coenonympha gardetta)
- ... et bien d’autres !

Nous sommes rentré à pied jusqu’au funiculaire et nous avons profité de la descente pour expérimenter le protocole que nous avons mis en place la veille :

Tous les 30 mètres d’altitude, en commençant à 2500m (altitude du bivouac), nous faisions une pause pour compter/identifier les arbres nous entourant et estimer leurs taux de recouvrement ainsi que leurs tailles approximatives.

Vendredi 13 juillet

Aujourd’hui c’est Stéphen, l’animateur d’astronomie, qui est en congé. 4 participants de ce séjour sont donc venus nous rejoindre ce matin pour faire les activités avec nous. Les deux jours passés sur le terrain nous ont permis de récolter beaucoup de données, mais certains animaux, (pris en photo ou récoltés dans des flacons) restent, pour le moment, inconnus. La matinée va donc consister à les reprendre un par un et les comparer aux nombreux bouquins d’identification que nous avons au laboratoire. En parallèle nous avons aussi ressorti de leur boîte les papillons mis dans l’humidificateur le premier jour et certains (dont Oscar) se sont occupés de les mettre en collection.
Une fois cela terminé nous avons remis de l’ordre dans l’herbier du val d’Anniviers en refaisant les étiquettes, en identifiant des plantes, et en mettant proprement en collection les plantes qui séchaient depuis l’été dernier.... De quoi bien s’occuper !

À midi alors que le couvert était déjà mis, nous n’avons pas eu le courage de rester à l’intérieur alors que le soleil brillait à l’extérieur ! Alors ni une, ni deux, on récupère de l’eau et de quoi manger et on part s’installer sur une pelouse ensoleillée !

Demain c’est le grand jour : le jour de la retransmission ! Il nous faut donc réfléchir à ce que nous voulons présenter à nos parents, aux autres participants, ainsi qu’aux passant qui peuvent potentiellement venir nous voir. Aujourd’hui l’activité scientifique se déroulera donc toute la journée à l’intérieur. Au bout de quelques instants, Oscar et Marguerite se mettent d’accord pour faire un power point reprenant point par point tout ce qu’ils ont fait lors de cette semaine ainsi que les objectifs globaux du programme biodiversita. Yoan, quand à lui, décide de faire une présentation sur des espèces d’oiseaux présentes dans le Val-d’annivier (mésange noire, geai des chênes, Pie-grièche écorcheur, faucon pèlerin, buse variable…).

Cela nous pris deux bonnes heures de réfléchir à notre présentation et à commencer à mettre en forme et 5 minutes avant que l’heure du goûter ne sonne, Konan nous annonça quelques chose : ce soir, chasse de nuit !

On monte donc au-dessus de l’hôtel pour installer un grand drap blanc avec une lampe à UV qui attira les papillons de nuit ce soir.

S’en est suivi une super activités extra scientifique : on nous a présenté les 17 mesures prises par l’ONU pour préserver la planète et ça a été à nous de prendre ces mesures en main pour réfléchir à des projets concrète que nous pourrions réaliser pour changer le monde ! Super intéressant !

Après le repas les astro devaient partir pour l’observatoire donc nous avons eu une triple veiller :
- de 20h à 21h grand jeu tous ensemble : un Sporz ! Il nous a fallu trouver qui était le mutant dans notre vaisseau intergalactique.
- de 21h à 22h jeux de société pour tous les participants non astro.
- et finalement de 22h à 23h la chasse de nuit ! Qui nous a permis de trouver une espèce encore jamais recensée dans le Val d’Anniviers !! Un grand papillon de nuit jaune avec les ailes postérieurs pointues répondant au nom de papillon à queue d’hirondelle. Trop beau ! :)

Lors de la chasse de nuit nous avons fait une petite pause de 15 ou 20 minutes où nous sommes allés marcher dans le noir en forêt (une expérience assez particulière mais intéressante).

Samedi 14 juillet

Ce matin, grâce à la chasse de nuit qui nous a fait nous coucher plus tard que d’habitude, nous avons pu nous réveiller un petit peu plus tard. Nous passons la matinée à finaliser nos présentations et on espère que les autres groupes sont prêts parce que nous on va envoyer du lourd !!

L’après-midi se passe assez rapidement, on installe tout pour le goûter des sciences. On range nos chambres et on boucle nos valises. On range tout le matériel de la chasse de nuit d’hier soir, on va marcher un quart d’heure avec Konan pour faire le point sur la semaine et lui dire tout ce qu’on a aimé ou moins aimé et finalement ça y est, les parents arrivent et la retransmission débute !!

À 18h Oscar nous quitte après avoir fait une superbe présentation, c’est le premier départ et quelques autres suivront dans la soirée, ça sent la fin du séjour et tout le monde est un peu triste de se quitter...

Mais pour tenter d’oublier ça, nous avons eu des superbes kits d’accueil : chacun a pu repartir avec une clé USB OSI, un t-shirt OSI, un diplôme de participation au séjour et un cadeau du programme biodiversita !

Et ce soir..... C’est la boum !!! :)

Dimanche 15 juillet

Une journée plus tranquille aujourd’hui mais ce n’est pas plus mal, cela nous permet de nous remettre la fatigue de la semaine ! C’est un jour de transition aujourd’hui beaucoup de participants ne restait qu’une seule semaine à Saint-Luc. Viens donc assez rapidement le moment des adieux…Dix participants sur 16 prirent le bus pour rentrer chez eux. Yoan et les participants des autres séjours restant 2 semaines partirent avec Stéphen et Björn (un nouveau éducateur venant pour des séjours en anglais) en randonnée.

Et puis progressivement, de nombreux participants sont arrivés sois par leurs propres moyens, soit accompagnés de leurs parents. L’ambiance va être légèrement différente de la semaine dernière puisque nous passons de 16 participants (tous séjours confondus) a plus de 32 ! Mais sur le programme biodiversita nous sommes toujours peu nombreux : nous sommes de nouveau 4 cette semaine (Yoan, Léane, Ann-Laure et Konan notre éducateur) mais ce petit nombre va nous permettre de faire beaucoup de choses impossibles avec un plus grand groupe (comme des affûts par exemple !!)

En tout cas, tout le monde est arrivé à bon port,il fait super beau, on a une vue superbe sur le cervin et de nombreux participants sont heureux de retrouver des amis qu’ils avaient laissé ici l’année dernière.

Lundi 16 juillet

*** avis aux lecteurs ***

la connexion internet est actuellement très aléatoire dans notre lieu d’hebergement donc il est fort possible que les nouvelles se fassent attendre et arrivent soudainement et en grande quantitée.

Ce matin, après un petit déjeuné échelonner entre 8h et 9h, nous nous sommes tous retrouvés dans le salon de l’hôtel pour faire notre premier forum de la semaine. Les forums sont des moments qui peuvent prendre différentes formes et où chacun est invité à prendre la parole pour parler aux autres participants (et aux éducateurs) de ce qu’il lui a plu ou moins plus les jours précédents. On en a aussi profité pour parler de tous les grands jeux ou veillée qu’on aimerait bien faire dans la semaine et normalement il y aura un grand vote demain matin pour savoir lesquels on garde et lesquels on ne garde pas.

À 10h, les activités scientifiques commencent enfin ! Et Konan nous retrouve en ayant l’air complètement paniqué ! Apparemment ces 2 derniers mois un homme s’est installé dans le Cervin en se faisant passer pour un naturaliste qui étudie la biodiversité du Val d’Anniviers. Mais rapidement l’équipe d’OSI c’est rendu compte que cet homme capturait des espèces d’insecte rares pour les revendre à des collectionneurs. Mettant par la même occasion en danger certaines des populations d’insectes de Saint-Luc ! Konan nous a donc missionné pour infiltrer son bureau pour aller libérer les insectes et récupérer les noms et prénoms de tous ses acheteurs ! Il nous a d’abord fallu résoudre une énigme pour trouver le code qui ouvrait la porte donnant à son bureau et une fois à l’intérieur nous nous sommes mis à fouiller absolument partout pour trouver des morceaux de code, refaire des puzzles secrets, ouvrir des tiroirs cachés, trouver des clés pour ouvrir des coffres, résoudre encore des énigmes sur les papillons, les oiseaux et les plantes et enfin réussir à rentrer sur son ordinateur pour trouver les noms des acheteurs !!

Et bien sûr tout ça dans un temps limité, nous avions 1h30 devant nous avant qu’il ne revienne !! Apparament nous avons été ultra éfficace, le groupe de la semaine dernière est sorti au bout d’1h27 alors que nous, nous sommes sortis au bout d’1h et 15 minutes !!:-))

IL y a juste Yoan qui, ayant déjà fait l’activité la semaine dernière, à préféré aller faire la phase contact avec le groupe des drônes qui sesont entraînés à piloter !

La suite de la journée arrivera plus tard mais en tout cas sachez qu’on a fait une observation superbe une fois en haut du funiculaire : un chevreuil est passé à 5mètres de nous !! Exceptionnel !!!

Demain après midi nous partons en bivouac à Zinal, apparament des loups ont été repérés dans la vallée ces derniers temps, avec un peu de chance.... on en verra peut-être un passé !!

Mardi 17 juillet

Ce matin nous partons sur un atelier sur les plantes comestibles, nous en avons déjà un petit peu parlé hier avec la soupe du berger (ortie, oseille, chénopode), que faisait les bergers en transhumance tout au long de l’été pour ne pas avoir trop de nourriture à emporter avec eux. Mais aujourd’hui nous le montons pas sur les alpages et nous allons regarder ce qu’il y a autour de l’hôtel. Bien sûr on en profite aussi pour parler des oiseaux que l’on aperçoit traversant les chemins devant nous et des insectes qu’on entend dans les hautes herbes. On apprend à identifier les principaux arbres qui pousse autour de Saint-Luc à savoir un 1500 m et progressivement Conan nous amène vers un sureau noir (sambuctus nigra) qui est en fleur. On en ramasse une quinzaine de Corolle et progressivement après avoir aussi cueilli du thym serpolet et des orties nous rentrons au centre. Avec les corroles de fleurs de sureau noir, nous avons préparer une décoction qui fera, dans quelques jours, de la limonade, si tout se passe bien ! Et pour faire ça de limonade ce n’est pas compliqué : il suffit de provoquer une légère fermentation en mettant dans un litre d’eau 5 corroles de fleurs de sureau, un demi citron couper en rondelles et du sucre roux. On mélange l’ensemble, on ferme la bouteille avec un chiffon tenu par un élastique et on pose les 4 bouteilles que nous avons fait au soleil. Normalement samedi ça sera prêt ! Le thym serpolet quant à lui est mis à sécher toute la fin de matinée.

En toute fin de matinée konan nous annonce qu’au vu de la météo qu’il y aura les prochains jours, nous allons partir en bivouac dès ce soir ! On est surpris de faire le bivouac aussi tôt dans la semaine mais ni une ni deux on se lève et on part préparer nos sacs ! L’objectif et d’aller bivouaquer à Zinal sur les alpages là où des loups ont été observé trois fois cette année ! Le but du séjour est de recenser un maximum de la biodiversité qu’il y a dans le Val d’Anniviers et de poursuivre ce programme sur de nombreuses d’années pour pouvoir suivre l’évolution de la biodiversité. Cette étude va nous permettre de savoir si la présence du loup a un impact ou non sur notre environnement. Donc quoi de plus logique que d’aller faire une prospection dans une zone où il a été vu récemment ?

À 14h pile nous partons, accompagné du groupe d’Astros, prendre le bus qui nous amènera à Vissoie puis à Zinal. Et à Zinal nous ne restons pas dans le fond de vallée mais prenons un téléphérique qui nous permettra de gagner 700 mètres d’altitude et d’aller sur les alpages de Zinal, d’où on a une vue absolument incroyable sur un glacier !

Il fait assez gris, il y a du vent, et il fait assez froid donc c’est compliqué de s’intéresser aux insectes qui sont présents sur les alpages... Par ce froid ils sont tous planquer ! Nous trouvons quand même accroché à quelques brins d’herbe, deux Cephalions et un Petit Collier de corail (qui n’ont même pas réagi quand nous vous avons attrapés). Par contre ce temps, un peu brumeux, est propice à l’observation de la grande faune ! Nous partons donc, une fois tout le campement installé, sur le sommet d’une petite butte qu’il y a à 200 m du campement pour voir si on ne pourrait pas surprendre quelques chamois ou chevreuil de l’autre côté de la crète. L’observation dure une bonne heure mais finalement rien ne se montre.... Par contre, alors que nous sommes à plusieurs kilomètres, nous avons pu, grâce à nos jumelles, voir le Grand Hôtel du Cervin, à l’autre bout de la vallée !! De retour au campement, nous voyons que les Astro on commençait à allumer le feu, et nous nous installons progressivement pour le repas. Ce soir nous allons tous cuire au feu de camp la soirée promet d’être vraiment sympa. Pour le dessert, Björn nous a appris à faire quelque chose que nous ne connaissions pas du tout : avec de l’eau tiède, de la levure, de la farine et du sucre il a fait une sorte de pâte à pain un peu épaisse et un peu collante dans laquelle nous devions tremper des bâtons. Une fois une belle boule collée au bout du bâton nous devions tenir nos brochettes au-dessus du feu jusqu’à ce que la boule de pain cuise ! C’était sucré est vraiment trop bon !

Ce soir on se couche tôt, puisque demain, konan a proposé que nous allions faire une marche matinale pour essayer de voir la faune sauvage qu’il y a aux alentours de la zone du campement.

Mercredi 18 juillet

À 5h45, les réveils sonnent ! Léane et Yoan se réveillent tous les deux rapidement et super motivé pour aller essayer de surprendre les animaux sauvages. Ann-Laure elle, a préféré rester dormir, pour profiter à fond de la journée à venir. Nous marchons une bonne vingtaine de minutes avant d’apercevoir notre premier chamois. Et puis un deuxième un troisième un cinquième.... Et finalement un groupe de 12 chamois progressant tranquillement sur les flancs de la montagne ! Nous sommes restés les observer une grosse heure, uniquement perturbé par les cris des chocards passant au-dessus de nos têtes.

À 8h, quand les chamois ont fini par disparaître progressivement de l’autre côté de la crête de montagne, nous avons fait demi-tour pour rejoindre le campement. Nous y avons retrouvé un groupe émergent difficilement de leur duvet et migrants avec lenteur vers le feu où se préparait le petit-déjeuner. Visiblement certains n’ont pas très bien dormi...

Ce matin nous rangeons petit à petit le camp puis accompagnons les Astro (qui rentrent à St-Luc) jusqu’au téléphérique où nous remplissons au gourde. Nous allons rester toute la matinée sur les alpages picniquer ici et rentrer à Saint-Luc en début d’après-midi. Nos missions sont les suivantes :
- faire un recensement des espèces de lépidoptères présentes sur ces alpages, qui ont une exposition différente des alpages que nous étudions habituellement.
- attraper les grenouilles vivent dans la mare qui était pas du campement pour les prendre en photo de profil. On va essayer de trouver, par comparaison, une espèce assez rare de grenouille ne vivent que par ici (la grenouille Agile : ).

Au bout de 2 heures d’activité, nous avons trouvé 10 espèces de papillons et photographier une quinzaine de grenouille différentes. Il ne restera plus qu’à les comparer au laboratoire !

Le retour vers le centre et laborieux, tout le monde est fatigué des jours précédents et le soleil tape fort...

Une fois de retour au centre, nous posons nos échantillons de récolte au laboratoire, puis allons rapidement prendre un goûter, une douche et pour finir une sieste !

Jeudi 19 Juillet

Pour que tout le monde comprenne la raison de l’activité d’aujourd’hui nous allons repréciser l’objectif du séjour : nous voulons dans l’idéal réussir à voir l’évolution de la biodiversité dans le Val d’Anniviers. Pour ça, le programme biodiversité, compte faire des séjours tous les étés pendant 20 à 30 ans. La biodiversité va être influencé par deux grands paramètres : le retour du loup et le réchauffement climatique. Habituellement, nous intéressons particulièrement aux insectes, qui sont des espèces donnant des indices assez riches sur la biodiversité (en fonction du nombre d’individus trouver et des espèces trouvées). Cet été, les participants de différents séjours on voulut s’intéresser un peu plus aux plantes. La première semaine un transect a été fait entre 2500 m et 1700 m d’altitude pour recenser les arbres à différentes altitudes. Bien sûr ce transect sera à compléter à partir de 1700 m d’altitude jusqu’à Saint-Luc (1300) mépris dans le temps nous laissons cet objectif à la prochaine semaine ! Nous nous allons créer un nouveau transect que nous allons pouvoir faire dans le village de Saint-Luc : nous allons traverser le village et recenser tous les Lupin (lupinus) que nous voyons sur notre chemin. C’est une plante invasive et toxique qui pousse énormément près des habitations et qui a tendance à coloniser de plus en plus l’environnement. Konan étant en congé aujourd’hui, c’est avec Björn que nous partons faire ça. Nous avons donc réfléchi puis conçu un transect pour que les prochains participants puissent le reprendre les années suivantes.

Et après une bonne heure de marche en suivant notre carte à travers le village voici nos résultats :
-  Nous avons recensé pas moins de 604 pieds de lupin (lupinus) à travers le village
-  Dans 9/10es des cas, ces plants poussent dans des jardins sauvages ou des prairies laissées en pousse libre.
-  Nous sommes en juillet et la plupart des plants sont en fruit (il reste quelque fleures mais pas énormément)
-  Visiblement les plants étaient tous issus de jardin à l’origine et se sont progressivement émancipés
- 
Cet après-midi, nous avons fait une activité croisée avec le groupe d’astronomie. L’idée était de réfléchir autour du concept astrobiologie ! C’est un nom barbare mais l’idée qui se cache derrière et simple et intéressante : les scientifiques se posent de plus en plus de questions sur ce qui est possible ou non dans l’espace, et en particulier il se demande si un jour on pourrait être autonome en nourriture dans l’espace. On a donc mis nos connaissances en commun, nous les biodiversita et eux les astros pour réfléchir à ce problème. Nous leur avons montré différentes plantes comestibles qui poussent un peu partout et qui demandent très peu d’entretien et nous avons créé un grand poster expliquant ce que pourrait être un jardin dans l’espace ! Une activité originale, mais intéressante !

Pour la veillée nous allons préciser quelque chose que nous avons oublié de faire pour l’instant : toute la semaine, nous avons ramassé des déchets dans la nature dans le but de faire un trash-art ! Une idée de Rosina, la directrice du séjour, pour que de simples déchets deviennent des œuvres d’art ! Nous avons donc eu 1h30 pour réussir à faire naître quelque chose de nos déchets, grâce à de la colle, du scotch, de la ficelle et différentes autres choses pour assembler les déchets entre eux. Et en accord avec notre sujet d’étude, nous avons fait un papillon !

Vendredi 20 juillet

Ce matin nous avons deux éducateurs pour 3 ! Yoan et rester au centre à cause d’une douleur au pied (il s’est tapé le pied hier dans une souche en jouant au foot) mais un participant de minéo nous a rejoint pour la matinée et nous sommes partis avec Konan et Björn. Ce matin double objectif : nous allons finir le transect des lupins, mais cette fois-ci en haut du funiculaire puis nous allons rejoindre les drones, picniquer avec eux puis leur demander de nous faire un transect aérien des arbres compris entre 2000 et 2500 m d’altitude. Ces deux transects, vont nous permettre, année par année, de voir s’il y a une évolution de la répartition des plantes invasives autour de Saint-Luc et de voir si la ligne des arbres change ces prochaines années.

Sur le chemin, nous en avons bien sûr profité pour regarder les insectes qui nous entouraient et nous avons ramassé (entre autres) un chapelet d’œuf de papillon ! Ils étaient disposés en grappe autour d’une tige d’épilobe, donc c’est potentiellement des œufs de Sphinx de l’épilobe ! Mais il va falloir attendre qu’ils éclosent pour vérifier cette hypothèse !

De retour au labo, cet après-midi, nous avons retrouvé Yohan et Konan nous a annoncé qu’il fallait commencer à préparer la retransmission. Ça a donc été à nous, de choisir un sujet parmi tout ce que nous avons fait cette semaine et de réfléchir à la façon dont nous voulions le présenter aux autres personnes. Nous nous sommes mis d’accord pour faire trois petits stands, chacun de notre côté avec trois thèmes différents :
- Yoan a fait un poster sur le loup (caractéristiques, histoire, légendes, divergences d’opinions, répartition...)
- Léane sur les zones humides (définition, quelles espèces y vivent, pourquoi est-ce que ce sont des zones fragiles...)
- et Ann-Laure sur le lupin, les transects et les plantes invasives.

Samedi 21 juillet

Ce matin nous avons tous juste 2 heures pour finir de nous préparer pour la retransmission ! ça va être court ! Alors chacun s’y met à fond, soutenu par Konan qui imprimme des images quand besoin, corrige nos fautes, nous donne toutes les informations dont nous avons besoin...

Et puis ça y est, la journée passe à une vitesse incroyable, les 1ers parents arrivent déjà, on installe tout et puis c’est partis ! Dans l’ordre :
- Minéo
- drone
- Excellence
- Astro
- et puis nous !

Nous avons aussi mis à disposition des gens, lors de notre retransmission, de la tisane au thym serpolet que nous avions ramassé la veille et 2 bouteilles de boisson à la fleur de sureau que nous avions mis à macérer mardi dernier. Et ces dégustations ont eu un succès fou !!

Ce soir, dernière soirée pour beaucoup d’entre nous, c’est la boum !!

Dimanche 22 juillet

Journée de transition aujourd’hui, beaucoup s’en vont, accompagnés ou non de leurs parents. Léane est la seule à rester une deuxième semaine sur le séjour et accompagner des autres participants des autres séjour restant, elle a eu le choix entre deux propositions : aller faire une journée de marche dans la montagne où faire une journée plus tranquille au centre, prendre le temps de se reposer, faire des jeux avec les autres participants....

Et c’est la deuxième option qui a été choisi par Léane !

Et puis progressivement les nouveaux participants sont arrivés, chacun a commencé à faire connaissance avec les autres et pour conclure cette journée nous avons fait des jeux de présentation où chacun devait ramener un objet personnel. Nous avons fait un cercle, et chacun notre tour nous avons dû nous présenter et présenter notre objet. Et petit à petit ça c’est complexifier : devions suite à ça mémoriser les prénoms des autres personnes, mémoriser leurs objets et leurs rendre ! Pas évident mais efficace pour retenir les prénoms.

Lundi 24 juillet

Ce matin, après un petit déjeuné échelonner entre 8h et 9h, nous nous sommes tous retrouvés dans le salon de l’hôtel pour faire notre premier forum de la semaine. Les forums sont des moments qui peuvent prendre différentes formes et où chacun est invité à prendre la parole pour parler aux autres participants (et aux éducateurs) de ce qu’il lui a plu ou moins plus les jours précédents. On en a aussi profité pour parler de tous les grands jeux ou veillée qu’on aimerait bien faire dans la semaine et normalement il y aura un grand vote demain matin pour savoir lesquels on garde et lesquels on ne garde pas.

À 10h, les activités scientifiques commencent enfin ! Et Konan nous retrouve en ayant l’air complètement paniqué ! Apparemment ces 2 derniers mois un homme s’est installé dans le Cervin en se faisant passer pour un naturaliste qui étudie la biodiversité du Val d’Anniviers. Mais rapidement l’équipe d’OSI c’est rendu compte que cet homme capturait des espèces d’insecte rares pour les revendre à des collectionneurs. Mettant par la même occasion en danger certaines des populations d’insectes de Saint-Luc ! Konan nous a donc missionné pour infiltrer son bureau pour aller libérer les insectes et récupérer les noms et prénoms de tous ses acheteurs ! Il nous a d’abord fallu résoudre une énigme pour trouver le code qui ouvrait la porte donnant à son bureau et une fois à l’intérieur nous nous sommes mis à fouiller absolument partout pour trouver des morceaux de code, refaire des puzzles secrets, ouvrir des tiroirs cachés, trouver des clés pour ouvrir des coffres, résoudre encore des énigmes sur les papillons, les oiseaux et les plantes et enfin réussir à rentrer sur son ordinateur pour trouver les noms des acheteurs !!

Et bien sûr tout ça dans un temps limité, nous avions 1h30 devant nous avant qu’il ne revienne !! Le timing a été extrêmement serré, nous sommes sortis au bout de 1 heure et 27 minutes, mais nous avions tout ce qu’il fallait, la mission fut un succès ! :-))

Pendant ce temps là, Léane, qui avait déjà fait cet activité à eu plein de choses à faire au laboratoire (identification d’insectes, mise en place d’un mini aquarium pour notre « cerveau flotant » : un hydrarachnide que nous avons trouvé au drnier bivouac, mise en collection de certains insectes....)

Nous avons profité du beau soleil qu’il y avait aujourd’hui pour pique-niquer à l’extérieur. Il y a une sorte de grande terrasse devant l’hôtel et nous étions tous accoudé à la rambarde en train de manger nos sandwichs avec une vue imprenable sur le Cervin au fond de la vallée ! Comme d’habitude, après ce repas, nous avons eu du temps libre jusqu’à 14h puis Konan nous a appelé pour qu’on commence les activités scientifiques de l’après-midi. Nous avons donc rapidement récupéré fils à papillon, jumelles, bouquin l’identification, gourdes, casquettes... En somme tout ce qu’il faut pour faire une petite randonnée sous le soleil, et nous sommes montés dans la pente raide qui part juste derrière l’hôtel du Cervin. Et à peine parti que voilà déjà des papillons et autres insectes à voler partout autour de nous ! Nous en avons donc profité et entre les pauses botaniques où Konan nous a expliqué plein de choses sur les plantes et les arbres, nous avons attrapé de nombreux insectes. La plupart ont été identifiés sur place mais quelques-uns, au physique très particulier, ont été gardé pour être identifié plus tard, au laboratoire. Au bout d’une bonne heure de marche, nous voici arrivés à la Pierre Des Sauvages, une grande pierre à cupule située dans la forêt au-dessus du village de St-Luc. Apparemment, de nombreuses légendes tournent autour de cette pierre, et l’une d’entre elles, raconte qu’autrefois cette pierre aurait servi à faire sacrifice humain...

Pendant quelques instants nous avons laissé toutes nos affaires sur la pierre des sauvages et sommes partis, le plus discrètement possible, observer les oiseaux que l’on entendait aux alentours. On ne s’orientait qu’avec leurs chants et avons fini par retrouver une petite dizaine de mésange (mésange noire (Periparus ater), mésange huppée (Lophophanes cristatus), mésange boréal (Poecile montanus)) qui avaient l’air très occupé à voleter dans un épicéa (Picea abies)

Sur le chemin du retour vers le centre nous avons trouvé une plume de geai ainsi qu’un petit œuf bleu moucheté de noir que nous allons essayer d’identifier dans les jours qui viennent.

Nous sommes déjà légèrement en retard pour le goûter, mais prenons tout de même le temps de faire un saut par le laboratoire pour déposer toutes nos affaires et toutes nos trouvailles. Léane a pris le temps de ramasser du myosotis sur le chemin et nous allons tenter une expérience avec : la fleur du myosotis change de couleur en fonction de l’acidité du sol, nous allons donc répartir les différentes fleurs dans 3 flacon rempli de vinaigre à différentes concentrations. Et nous allons voir comment ça va évoluer dans les jours qui viennent.

Mardi 24 juillet

Le projet de l’été étant très axé sur les plantes, les différents groupes des différentes semaines depuis le début de l’été ont tous menés des projets visant à suivre l’évolution des plantes dans la vallée. Voici les deux projets phares qui sont nés de cette réflexion : le retour du loup et le réchauffement climatique vont faire évoluer deux facteurs :
- la présence des plantes invasives
- l’altitude de la ligne des arbres sur les alpages.

La première semaine, le groupe biodiversité, à créer un protocole pour pouvoir suivre l’évolution de la ligne des arbres. Ils ont suivi ce protocole de 2500 m à 1300 mètres d’altitude. Aujourd’hui nous allons reprendre ce protocole pour pouvoir le compléter et le reproduire depuis 1300 mètres d’altitude jusqu’à Saint-Luc. Nous sommes donc partis tôt le matin avec sac à dos, pique-nique, filet à papillon, jumelle... Et bien sûr de quoi suivre le protocole !

Nous avons donc fait une grosse randonnée toute la journée, en faisant des pauses tous les 30 mètres d’altitude pour identifier compter et estimer le pourcentage de recouvrement de chaque espèce d’arbre. Bien sûr, nous avons aussi profité de cette sortie pour nous intéresser aux oiseaux et insectes peuplant les alpages de Saint-Luc (qui pour certains sont très différents de ceux que l’on trouve dans les environs du village).

Le soleil est toujours avec nous, il fait un temps superbe !

Mercredi 25 juillet

Aujourd’hui, nous sommes tous les trois bien fatigués de notre journée de la veille et donc décidons de faire une journée plus calme au laboratoire. Au début de la semaine, après avoir regardé le listing des espèces accrocher au mur du laboratoire, nous avons décidé d’essayer de nous intéresser au maximum au micro mammifère lors de cette semaine. (Groupe d’animaux encore très peu recensées depuis le début du programme biodiversita). L’idée de cette matinée a donc été de créer des pièges non létaux pour pouvoir capturer et identifier les micromammifères peuplant les forêts au-dessus de l’hôtel de Saint-Luc. Après quelques temps de réflexion, nous sommes partis sur un piège à parois lisses avec un système de planche à bascule sur le dessus et un appât (carotte plus beurre de cacahuète). Et nous avons passé notre matinée à les concevoir et fabriquer !

Après un pique-nique, toujours au soleil, vous avez pris au piège et tout notre matériel naturaliste et sommes partis faire une petite marche pour les installer dans la forêt. Sur le chemin nous avons trouvé des leptures (petit coléoptère au corps très effilé) jaunes et noires vraiment belles, de nombreux papillons, une grande sauterelle verte et surtout beaucoup beaucoup de fraises des bois ! :)

Il y a plus qu’à espérer que des micros mammifères se fasse avoir ! :)

On avait vraiment fait un grand jeu tous ensemble, 3 équipes, 3 animaux : des poules, des renards, des vipères et c’est parti !

Jeudi 26 juillet

Konan est en congé aujourd’hui donc ce matin nous avons rejoint le groupe des excellences qui travaille en ce moment sur la disparition des abeilles et le lien qu’on peut faire entre cette disparition et l’utilisation massive des pesticides et insecticides dans nos campagnes. Ce fut un partage de connaissances intéressant puisqu’ils nous apprirent à rédiger des articles scientifiques et à faire des recherches internet plus pertinentes et nous leurs avons apporté des connaissances en naturalisme et agriculture.

L’après-midi, nous sommes partis, accompagné de quelques astros, avec Björn faire le tour du village. Le but étant de continuer le travail de la semaine dernière sur les espèces invasives. Et cette fois-ci nous ne nous sommes pas contentés de compter les lupins dans le village mais avons trouvé trois autres espèces de plantes invasives (qui sont pour l’instant dans les jardins, probablement plantées volontairement par les propriétaires) qui vont potentiellement se répandre un peu partout dans les années à venir... Si rien n’est fait !

Après le goûter, un atelier chant nous a été proposé par Hélène (éducatrice sur le séjour excellence), atelier sur lequel Léane et Edern se sont précipités !

Et pour finir en beauté, nous avons fait une soirée intégralement organisée par le groupe excellence ! C’était une sorte de téléphone arabe par le dessin, vraiment fun !

Vendredi 27 juillet

On s’est tous réveillés avec hâte ce matin, pressé d’aller voir ce qui avait bien pu tomber dans nos pièges ! Lors de son jour de congé, Konan a été les relevés le matin et le soir. Et s’ils avaient clairement été visités, il n’y avait rien dedans... Nous sommes donc partis à 10h de l’hôtel pour monter jusqu’à la pierre des sauvages et récupérer les trois pièges.

Premier piège : intact, planche non tombée carotte non manger

Second piège : désactivé, carotte mangée et présence de crottes de souris dans le fond ! Donc ce piège a été visité cette nuit mais n’était visiblement pas assez profond.

3e piège : désactivé, mais carottes non manger (peut-être désactivé par un plus gros animal ou un autre paramètre)

Suite à cet échec, nous nous sommes mis à réfléchir à d’autres moyens de connaître les espèces de micromammifères peuplant nos forêts. Et de fil en aiguille Léane et Edern sont arrivés à la conclusion (après avoir proposé de dresser des chats...) que le plus simple était de trouver un site de nourrissage d’un rapace nocturne et d’analyser la composition des pelotes de rejection. Ce que Konan avait déjà prévu ! Nous sommes donc retourné au laboratoire et avons tout installé pour pouvoir commencer la décortication. L’objectif était de séparer les poils des os puis de récupérer les crânes que nous allons pouvoir identifier grâce à une clé d’identification.

Les 2 Heures d’activités scientifiques de l’après-midi on servit à reconstituer le micro puzzle qu’était l’amas d’os que nous avions nettoyé. Petit à petit Léane a pu reconstituer le squelette d’un rat noir (Rattus rattus) et Edern d’une musaraigne couronnée (Sorex coronatus), ils les ont tous les deux coller sur une feuille noire pour que le blanc des os ressorte bien et ont fini par nommer chaque partie du squelette.

Ce soir nous allons aller observer la plus grosse éclipse lunaire de cette décennie et pour ça nous allons cet après-midi créer des lanternes (fabriquées main !) À partir de déchets collectés dans la nature ! Idée pensée par Rosina, notre directrice, qui a nommé ça le Trash-light !

Nos partenaires

Voir également