A l'affût de la Biodiversité du 7 au 14 juillet 2019

Voir descriptif détaillé

A l'affût de la Biodiversité du 7 au 14 juillet 2019

Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Lundi 8 juillet
Cette semaine commence en fanfare : nous passons à la télé ! Nous avons donc fait du cinéma toute la matinée, fait inédit dans les annales de Biodiversita. On vous tiendra donc au courant de la sortie de cette fameuse émission.

Parallèlement, la mission minutieusement filmée était de répertorier 30 espèces différentes (faune et flore) dans la petite clairière au-dessus du centre.
Ann-Laure a retenu trois noms de plantes parmi les plus poétiques : la Raiponce Phyteuma sp, l’Amourette Briza media, et l’Aster fausse-pâquerette Bellidiastrum michelii !
Nous avons ramené au centre deux chenilles et leurs plantes-hôtes (une chenille de Petite Tortue Aglais urticae et son ortie Urtica dioca, et une que malgré nos efforts nous n’avons pas encore réussi à identifier, qui se nourrit allégrement de trèfle), et commencé un élevage dans notre LINABIO (le Laboratoire d’Identification Naturaliste BIODIVERSITA),

« et testé le canapé pour vérifier s’il était propice à notre activité. Ce canapé nous a permis de regarder attentivement le mur » ajoute Marguerite. Petite précision, on discutait des missions de la semaine, dont les cartes/protocoles/présentations étaient affichés sur le mur. Autre fait historique : « Marguerite portait ce jour-là deux chaussettes identiques » précise Ann-Laure.

Mardi 9 juillet
Marguerite et Ann-Laure partent avec le groupe Nature au Sommet pour une grande rando à la journée. Tout le monde, à part Marguerite, a trouvé qu’il faisait très froid, et très venteux, mais la vue était incroyable malgré le manque de végétation.

La montée était difficile et la descente aussi d’ailleurs mais une fois arrivée au sommet la vue nous a coupé le souffle. Arrivés en bas du pic, nous étions au niveau du Lac Noir ( température 2°C ) dans lequel nous nous sommes baignés pour nous réconforter...

Mercredi 10 juillet
Julie a rejoint notre joyeuse équipe ! Nous partons toutes les quatre pour deux jours d’expédition autour du lac dans les alpages de Saint-Luc. Les prochaines nouvelles n’arriveront donc pas avant vendredi ! (on vous enverra aussi de nombreuses magnifiques photos des jours précédents)
A bientôt !

Récit rédigé au retour par Ann-Laure :
« Oh une plante ! » , « Comme Konan ! », « Grenouille ?? », « Lac ? », « Oh des chenilles ? », « Tiens encore des chenilles -_- >>, « Papillon ! »
Voici quelques citations des journées de Mercredi et Jeudi qui sont souvent revenues. Le groupe A l’affut de la biodiversité est parti (en retard) pour un bivouac au lieu-dit l’Armina avec un lac et une île flottante sur ce lac. Julie, en tant que touriste, nous a accompagnées. Nous avons pris le bus avec chacune un sac à dos avec en moyenne un poids de quinze kilos. En allant vers le funiculaire nous en avons profité pour visiter St Luc et ses fontaines puis nous sommes montées dans le funiculaire. Arrivées en haut, nous nous sommes ensuite arrêtées toutes les 10 minutes pour observer/capturer des papillons.

Puis nous avons mangé et Ann-Laure a couru après un Machaon (qu’elle a failli tuer, soi-dit en passant) puis nous avons battu le record des années précédentes car les Astros ne nous ont pas rattrapés avant qu’on soit arrivées à destination.

Sur le chemin nous nous sommes arrêtées près d’une ferme avec un ruisseau et plusieurs insectes et des petites grenouilles que Marguerite s’est fait une joie d’attraper. Arrivées sur place on s’est « jetées » dans le lac qui était très vaseux puis nous avons nagé jusqu’à l’île flottante.

Après la baignade nous avons attendu les Astros en jouant au Président au soleil. Après avoir monté le camp, nous avons galéré à allumer le feu puis Marguerite est arrivées et d’un coup de baguette magique nous a allumé le feu (en vrai elle avait pas mal galéré elle aussi) puis nous avons mangé des saucisses et des patates et des bananes à l’ovomaltine puis les traditionnels chamallows grillés. Nous sommes restés près du feu jusqu’à tard dans la nuit même si certains ne voulaient pas qu’on raconte des histoires d’horreur (au grand désespoir des autres) puis nous sommes partis nous coucher sous les étoiles.

Jeudi 11 juillet
Après une nuit mouvementée et un bon petit déjeuner, Julie en éternelle touriste nous a quittées pour les Astros car elle ne voulait pas rester encore une nuit et elle ne voulait pas rater l’achat du fromage et du jambon à Chandolin. Avec Iliane, nous avons commencé à explorer notre zone mais nous avions à peine fait 20 pas que nous nous arrêtions pour attraper des grenouilles et nous commencions à penser que les Archis nous rattraperaient avant d’avoir dépassé la zone du bivouac. Mais nous avons atteint notre but, pour malheureusement ne trouver que des plantes (Iliane par contre était très contente) et des nids de chenilles. La météo ne s’est pas amélioré de toute l’après-midi, et, malgré nos préventions, les Archis était prêts à soulever l’Everest pour passer la nuit à la belle étoile. Nous sommes redescendues car avec la météo, faire un transect papillons était impossible donc ça ne servait à rien de rester pour notre groupe (même Marguerite était « en inconfort thermique »). Nous avons croisé les Archis qui avait l’air déterminé. Nous avons attendu le bus pendant 1 heure puis nous sommes arrivées aux Choucas telles des guerrières venant de braver les pires ennemis. Nous étions en réalité un mélange entre des zombis et … des zombis. La soirée était une soirée cinéma avec Interstellar mais Ann-Laure était partie se coucher sous prétexte que sinon elle spoilerait tout (en réalité c’est surtout parce que elle ne voulait pas se taper la honte devant tout le monde en pleurant).« Vendredi 12 juillet »Le matin avec le retour de Julie parmi nous, nous avons essayé de déterminer quelles étaient les espèces rapportées de notre bivouac, mais nous n’avons réussi qu’avec les plantes car elles ne bougent pas contrairement aux insectes. Nous avons pique-niqué avec les Astros en haut du télésiège et Ann-Laure s’est mise à saigner du nez pendant 1 heure et demie telles les chutes du Niagara, ne pouvant ainsi participer aux activités de l’après-midi. Marguerite pendant ce temps commença à préparer le diaporama pour la retransmission du lendemain et la page de garde lui a pris une demi-heure. Puis Ann-Laure a fait le journal de bord.

Samedi 13 juillet

Nos partenaires

Voir également