Envoyer à un ami

A l'affût de la Biodiversité du 28 juillet au 4 août 2019

Voir descriptif détaillé

A l'affût de la Biodiversité du 28 juillet au 4 août 2019

Voir descriptif détaillé

3 participants : Alexis, Dorian et Gabriel
Cette semaine nous nous concentrerons un peu plus sur (1) la recherche de nouvelles espèces de Coccinelles et (2) la meilleure connaissance du secteur sud-est de notre zone d'étude
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Dimanche 28 juillet 2019

Tout le monde est bien arrivé au centre. Cette semaine nous serons une trentaine sur le centre. Après un bon repas convivial, nous avons eu une veillée pour apprendre les prénoms de tout le monde avec le jeu « zigzag ». A la fin, l’objectif est réussi, nous avons tous retenus nos prénoms !

Lundi 29 juillet 2019

Aujourd’hui, nous commençons la journée tous ensemble avec notre premier forum. Il s’agit d’un temps privilégié de discussion où chacun peut exprimer ce qui lui plaît et ce qui lui plaît moins, comment il se sent, proposer des idées d’activité, des suggestions pour améliorer la vie en groupe ...Rosina, la directrice du centre nous présente les horaires de la journée type et les quelques règles importantes de sécurité et d’organisation sur le centre. Tout le monde est motivé pour la semaine.
Ensuite chacun rejoint son groupe par projet. Pour le séjour « A l’affût de la biodiversité », nous sommes 5 : Dorian, Alexis et Gabriel, et les deux encadrants Sylvain et Catherine.
Nous commençons par un rallye naturaliste sur le chemin qui part derrière le centre. L’objectif : répondre à un maximum de questions et défis pour obtenir le plus de points possibles, grâce à plusieurs outils mis en dispositions libres : clés d’identification simplifiées, dictionnaires illustrés, guides naturalistes, filets à papillon et filet fauchoir... Plein de sujets sont ainsi abordés : la morphologie florale, les ordres d’insectes, l’identification de papillons, d’arbres, de criquets, les termes de base de la botanique, et même la reconnaissance de certains chants de criquets ...La motivation et l’efficacité des trois ados est remarquable.
La pause pique-nique est bien méritée. Nous revenons ensuite au centre, et trouvons encore plein de papillons sur le retour que nous identifions.

JPEGJPEGJPEG

L’après-midi, nous nous réunissons au laboratoire pour discuter du projet du séjour « A l’affût de la biodiversité » dans sa globalité, puis pour choisir ensemble des objectifs plus précis que nous chercherons à obtenir en priorité cette semaine. Nous décidons de nous focaliser en particulier sur le groupe des coccinelles, pour lesquelles nous n’avons encore que peu de données bien qu’elles soient très présentes. Par ailleurs, nous repérons sur la zone d’étude du projet quelques secteurs dans lesquels nous n’avons que peu de données. Nous irons donc prospecter ces endroits afin de rassembler un maximum de données, avec une ou deux nuits de bivouac sur place (selon la météo qu’il fera). Nous finissons notre séance en nous renseignant sur les critères d’identification de la Coccinelle à 7 points Coccinella septempunctata ainsi que de la Coccinelle asiatique Harmonia axyridis, toutes deux très communes et répandues. Le but sera donc de savoir les reconnaître rapidement. Nous sortons ensuite devant le centre pour nous entraîner à repérer les coccinelles et à identifier ces deux espèces : nous repérons les plantes à pucerons, et utilisons le filet fauchoir ainsi que le parapluie japonais. Nous trouvons en tout 4 coccinelles, dont deux Coccinelles à 7 points, une Coccinelle asiatique et une larve de coccinelle.
Toutes les observations de la journée sont consignée au fur et à mesure sur une application nommée Obsmapp qui nous permet d’enregistrer simplement les données de base de chaque observation : nom de l’espèce, date, lieu et observateur, ainsi que toute autre information utile (nombre, sexe, photo...). Ces informations sont ensuite mises en ligne sur la base de données du programme Biodiversita sur le site observation.org. Les observations de la semaine sont d’ailleurs visibles ici, ainsi que la liste des espèces rencontrées.

JPEGJPEGJPEG

Après le goûter, nous retrouvons tous les autres pour choisir ensemble les règles de vie de la semaine en utilisant des mimes et dessins pour se les faire deviner entre nous. Nous créons un grand poster pour écrire touts les règles, et nous nous fabriquons chacun un badge que nous pourrons placer sur le poster des émotions : un poster qui représente un thermomètre et autour duquel on peut placer son badge à tout moment dans la semaine pour dire comment on se sent.
Après le dîner, c’est la veillée « trace maudite » pendant laquelle tout le monde, enfants et adultes se prennent au jeu, une bonne partie de rigolade.

Mardi 30 juillet 2019

Aujourd’hui, après un réveil tonique amusant tous ensemble, l’équipe biodiversita se rassemble. Et nous voilà partis pour la journée en randonnée sur un nouveau sentier qui descend depuis le centre, et sur lequel on espère trouver une grande variété de coccinelles. Munis de nos filets à papillons et filet fauchoir, nous nous arrêtons régulièrement pour identifier les papillons. Nous identifions aussi plusieurs criquets et trouvons en tout 5 espèces différentes de coccinelles, que nous gardons dans des tubes pour pouvoir les identifier plus tard, avec l’aide de guides et de la loupe binoculaire.

JPEGJPEGJPEG

A notre arrivée en bas du sentier, nous rentrons avec le bus, juste à temps pour jouer au ping-pong et lire en attendant le dîner.
Et ensuite, après le repas, nous faisons une veillée de réalisation de photos truquées. Les idées fusent et le temps passe vite. Nous finissons la soirée en projetant les photos réalisées, de belles œuvres d’art et beaucoup d’humour !
Pendant ce temps, Sylvain a installé un piège à lumière dehors pour attirer des papillons de nuit : il a installé une lampe UV à l’intérieur d’une sorte de corbeille à linge en mailles de filet, qui laisse passer la lumière. Il a aussi disposé des boites d’œufs vides dedans. Si le piège fonctionne, les papillons seront attirés par la lumière et viendront se cacher sous les boites. Nous verrons demain matin si cela a bien marché.

Mercredi 31 juillet 2019

Ce matin nous commençons la journée en allant voir le piège à papillons de nuit. Incroyable, nous découvrons une centaine de papillons sous les bouts de cartons ! Nous réussissons à en identifier quelques-uns mais nous n’avons pas le temps de tous les observer car c’est le grand jour de départ pour un petit périple de 3 jours en montagne, avec 2 nuits en bivouac d’affilé dans un secteur de notre zone d’étude qui n’a encore que très peu de données. En tout cas, nous sommes déjà sûrs d’avoir trouvé de nouvelles espèces, non encore répertoriées dans l’inventaire du programme Biodiversita des espèces présentes dans le Val d’Anniviers. Génial, nous allons donc emmener ce dispositif pour nos bivouacs.
La suite de la matinée est occupée par les préparatifs de sacs : affaires personnelles, matériel scientifique, de bivouac et nourriture pour les 3 prochains jours. Vers 11h, nous sommes prêts ! Nous voilà partis en direction d’une clairière située à l’ouest de l’Hôtel du Weisshorn, en pleine forêt. Dès le départ, nous attrapons un papillon rarement vu dans le Val d’Anniviers : l’Azuré du Mélilot Polyommatus dorylas. Pendant la montée au bivouac, nos sacs sont lourds mais nous avons un bon rythme de marche. Nous arrivons à destination juste à temps pour le pique-nique. Et quelle chance, un aigle royal vient planer au-dessus de nous pendant le repas. Nous repérons aussi des crottes de chamois juste à côté de nous. L’après-midi, nous commençons à prospecter les alentours, et nous identifions de nombreuses plantes grâce à l’application Flora Helvetica.

JPEGJPEGJPEG

Chacun s’amuse à parier sur le nombre d’espèces que nous réussirons à identifier pendant notre petit séjour en montagne : les estimations vont de 120 à 180 espèces, c’est que l’équipe a de l’ambition ! Après une petite balade pour chercher de l’eau à la ferme qui se trouve à 5 minutes de notre lieu de bivouac, et un bon goûter, nous assistons à un fabuleux spectacle : un épervier chassé par une vingtaine de Casse-noix mouchetés, qui lui foncent dessus pour l’éloigner de leur lieu de nidification. Les Casse-noix mouchetés sont rares dans les Alpes française, mais ici, nous les entendons et observons à tout moment de la journée autour de nous ! Il faut dire que nous sommes dans une forêt avec de nombreux Pins cembro, et que les casse-noix sont friands des graines de ce pin. Après le dîner : « un magnifique risotto à la crème de courge, saupoudré de grana padano et accompagné de ses couverts en plastique » (mots repris de Gabriel), nous jouons au jeu du dessin arabe. Puis le froid nous donne envie de faire une petite balade nocturne avant de se faufiler dans les duvets pour passer une nuit sous un magnifique ciel étoilé. Avec bien entendu, le piège à lumière installé pour la chasse aux papillons de nuit.

JPEGJPEGJPEG

Jeudi 1 août 2019

Nous nous levons vers 9h, après une longue nuit bien récupératrice pour tout le monde ! Le piège à lumière n’a pas attiré autant de papillons qu’hier au centre des Choucas, et les papillons de nuit que nous observons sont particulièrement difficiles à identifier. Mais avec de la motivation, nous parvenons tout de même à en déterminer plusieurs. Au final, avec les identifications de la veille et ceux de ce matin, nous constatons que nous avons trouvé 7 nouvelles espèces !
Après cette première séance, nous rangeons nos affaires de bivouac et nous les dissimulons dans les arbres avant de partir randonner pour la journée, avec le pique-nique dans le sac. L’itinéraire que nous choisissons est superbe, nous rejoignons un sentier à plat qui surplombe le Val d’Anniviers, avec vue au loin sur le glacier de Zinal. Après la pause pique-nique, nous déterminons toutes les plantes aux alentours, et nous observons aux jumelles le passage d’un Grand corbeau, ainsi que d’un Aigle royal immature. Nous terminons notre randonnée au niveau d’une sculpture représentant Pluton, et qui marque la fin du « chemin des planètes ». Nous y faisons de nouveau un point sur l’ensemble des plantes présentes, avant de revenir sur nos pas pour rentrer à notre lieu de bivouac.

JPEGJPEGJPEG

En chemin, nous identifions un papillon rare : l’Azuré de la Canneberge Plebejus optilete, dont il n’y a aucune donnée dans le Val d’Anniviers à ce jour. Nos recherches de coccinelles n’ont rien donné pendant la randonnée, mais au moment de s’installer pour le repas, nous en trouvons une juste là, posée sur nos affaires, belle surprise. Nous la conservons dans un échantillon pour pouvoir l’identifier à notre retour au laboratoire. Vient alors le moment de compter le nombre d’espèces enregistrées depuis notre départ mercredi matin dans notre secteur-cible d’étude de la semaine. Avec l’application Obsmapp, nous lançons l’outil de statistique et nous obtenons 138 espèces ! Nous sommes tous agréablement surpris d’avoir aussi bien avancé vers nos objectifs estimés de la veille !
Après un dîner copieux, nous profitons du début de soirée en jouant au jeu de cartes « le Président », proposé par Gabriel. Et comme cela nous avait bien plu la veille, nous finissons de nouveau par une balade nocturne, avec pour espoir d’avoir une belle vue sur les villages aux alentours, qui célèbrent ce soir la fête nationale suisse, et feront donc sûrement des feux d’artifices. Nous sommes bien gâtés : c’est en tout 4 gros feux d’artifices communales et plusieurs plus petits feux de particuliers que nous contemplons. Certains sont un peu loin tout de même, mais l’ambiance de la nuit sur la montagne, avec ces feux vus du dessus a quelque chose de magique.

Vendredi 2 août 2019

Nous nous réveillons, cette fois après une nuit pas si reposante pour tout le monde : la météo annoncée s’est trompée et nous avons eu une petite pluie dans la nuit. Bien que nous ayons tous des couvertures de survie pour nous protéger de l’humidité, celles d’Alexis et Gabriel ne sont pas restées suffisamment au-dessus des duvets, et leurs affaires ont pris un peu l’eau. Nous nous activons donc après le petit déjeuner pour ranger nos affaires et nous réchauffer en nous mettant en marche. Le ciel s’assombrissant de plus en plus, nous renonçons à la boucle que nous avions prévu de faire pour rentrer au plus vite au centre. A l’arrivée, nous rangeons et séchons les affaires, puis nous retrouvons tous les autres participants pour un bon repas bien au sec. L’après-midi, c’est le moment d’identifier toutes les coccinelles récoltées pendant la semaine au laboratoire. Chacun prend son rôle bien à cœur : préparation des coccinelles pour la mise en collection, identifications avec guides et loupe binoculaire ...au final, nous trouvons ainsi 2 nouvelles espèces de coccinelles, non encore identifiées dans le Val d’Anniviers : Subcoccinella vigintiquatuorpunctata et Ceratomegilla undecimnotata. Et c’est en tout 7 espèces différentes que nous avons trouvées dans la semaine. Nous concluons notre séance de laboratoire avec le comptage final de toutes les espèces recensées pendant nos 3 derniers jours en montagne : 147 espèces ! C’est peut-être bien un record d’inventaire pour le séjour A l’affût de la biodiversité sur seulement 3 jours ! Nos trois objectifs de la semaine ont donc été remarquablement bien réussi : l’identification de plusieurs espèces de coccinelles, l’inventaire d’espèces dans le sud-est de notre zone d’études et la réalisation d’une chasse de papillons de nuit.
La journée se finit avec une balade à Chandolin, et du ping pong pour certains. Et après le dîner, une veillée de jeux de société.

Samedi 3 août 2019

Aujourd’hui c’est le jour des retransmissions. Gabriel, Alexis et Dorian sont motivés pour raconter toutes nos avancées de la semaine, et choisissent de réaliser une présentation powerpoint. Après une matinée studieuse, la présentation prend vite forme. L’après-midi, les parents nous rejoignent et nous passons un agréable moment avec les présentations des réalisations faites sur les trois séjours, suivies d’un goûter festif. La présentation se trouve en format pdt ici :

La journée se conclue avec la fameuse fondue suisse, et une veillée de jeu en musique, avec des mimes et danses sur le thème des animaux.
Demain, Gabriel va repartir mais d’autres participants vont rejoindre Alexis et Dorian pour la poursuite du projet.

Nos partenaires

Voir également