A l'affût de la Biodiversité du 23 juillet au 6 août 2017Niveau 1Niveau 2Niveau 3

Pour la 4e année d'affilée, voici une équipe de naturalistes en graine, venue découvrir et étudier la biodiversité des montagnes du Val (...) Voir descriptif détaillé

A l'affût de la Biodiversité du 23 juillet au 6 août 2017Niveau 1Niveau 2Niveau 3

Pour la 4e année d'affilée, voici une équipe de naturalistes en graine, venue découvrir et étudier la biodiversité des montagnes du Val (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

C’est une équipe de 12 jeunes motivés qui commencent cette quinzaine : Martha, Marguerite, Jaad, Mathis, Juliette, Ambre, Léane, Théotime, Yoan, Adèle, Sabine et Calie, accompagnés par trois encadrants : Elodie, Konan et Sylvain.

Le Journal de Bord

Lundi 24 juillet

1re journée très agréable à St Luc pour l’équipe « biodiversita ». On commence lundi matin à la suite d’Elodie, par une petite virée au dessus de l’hôtel du Cervin. Après le passage sous le funiculaire, on tombe - oh combien surpris - sur Konan, qui nous attendait avec impatience. Il nous a concocté une épreuve pour presque chacun de nos sens :

  • La vue : identification de différentes espèces d’arbres par équipe de 2 à l’aide d’une clé d’identification créée lors d’un précédent séjour. Les anciens participants puisent dans leurs souvenirs pour expliquer aux nouveaux. Pin à crochet, Epicéa et Mélèze pour les conifères ; Frêne, Aubour et Erable sycomore pour les feuillus sont ainsi vite identifiés !
  • Le toucher : même épreuve mais avec les yeux bandés ! OSI offre à chacun pour cette occasion un tour de cou idéal pour se tenir chaud en montagne mais qui pour l’instant nous servira pour se bander les yeux.
  • L’odorat : toujours les yeux bandés, les jeunes doivent reconnaître 3 espèces de végétaux avec seulement... leur nez ! Lavande, Sureau à grappe et Thym serpolet ravissent nos odorats.
  • Le goût : nos papilles gustatives comparent maintenant 2 espèces de plantes comestibles : la petite oseille avec son goût citronné (ou groseillé selon Léane) et l’Achillée mille-feuilles qui se mange en salade. C’est bien beau tout ça, mais ça ouvre l’appétit (et Mathis nous le fait bien savoir) !

Dernière activité avant le déjeuner : aux filets à papillons !

On part à la chasse aux papillons, criquets, sauterelles et autres réjouissances de la nature. On les observe et en relâche certains ; les autres sont emportés pour quelques analyses dans notre laboratoire d’identification naturaliste placés à l’hôtel (le LINABIO). Une pluie fine nous rappel à l’ordre, et accélère notre descente vers l’hôtel.

Le déjeuner est suivi d’un temps libre puis retour au naturalisme. 4 équipes de 3 sont maintenant formées pour relever les défis des six jeux mis en place pour ravir la curiosité de chacun : identification de silhouettes de rapaces, d’orthoptères (criquets, sauterelles), de lépidoptères (papillons de jour), d’empreintes de mammifères et défis pour apprendre à bien utiliser les loupes binoculaires et loupes à main.

Le goûter et les activités sportives qui suivent rassemblent à nouveau les participants de tous les séjours (drone, astrologie, rencontres de l’excellence, minéraux et biodiversité) c’est à dire 46 jeunes de tous âges. Chacun prend ensuite un temps libre pour se doucher, lire, jouer, sauter, chanter, etc.

Les estomacs repus, on attaque la veillée « Sporz ». Suite à une catastrophe planétaire causée par une invasion de spore, une équipe d’astronautes tente de s’échapper dans une navette spatiale. Mais malheur, un mutant contaminé est présent dans l’équipage ! Il va falloir compter sur l’aide des médecins, du psychologue et de l’informaticien pour découvrir et tuer les mutants avant qu’ils ne contaminent tout le monde !














Mardi 25 juillet

En allant nous coucher hier soir, nous espérions secrètement nous réveiller sous un soleil éclatant qui aurait réchauffé la terre et éveillé tout le règne animal, mais il n’est rien… A l’heure du petit déjeuné, les nuages gris sont toujours présents et une fine bruine humidifie et rafraîchit l’air ambiant. Mais qu’à cela ne tienne, ce n’est pas une petite pluie qui va nous empêcher d’aller dehors ! Après un petit forum, permettant de savoir si tout va bien pour tout le monde, nous voilà donc sur le pied de guerre, armés de filet à papillons, filet fauchoir, jumelles et clés d’identification, prêts à partir à la découverte d’une nouvelle partie de notre zone d’étude !!

Ce matin, nous avons comme objectif de trouver quelques plantes que nous ne connaissons pas encore pour enrichir l’herbier du séjour, de trouver des chenilles et des chrysalides pour commencer un élevage de lépidoptères (certaines chenilles n’étant pas identifiables, cette méthode permet d’identifier l’espèce une fois que la chenille a mué ou s’est métamorphosée) et de trouver des insectes que nous allons essayer d’identifier sur place.

Les anciens participants ont souvenir d’une prairie dans laquelle ils avaient trouvés de nombreuses chenilles l’été dernier. On décide donc d’aller jusqu’aux moulins de St-Luc, zone située tout en bas du village, pas très loin de la prairie en question.
La matinée suit une alternance de bruine et d’éclaircie, les insectes sont discrets mais on trouve quand même quelques individus : Punaise des Bois (Dolycoris Baccarum), Punaise Arlequin (Graphosoma lineatum), Mélitée Orangée (Melitaea Didyma), Demi-deuil (Melanargia galathea)… Sylvain en profite pour nous faire un rappel sur les différentes partie d’un insecte, sur les différents ordres (ce matin nous avons vu des Lépidoptères, des Hémiptères et des coléoptères) et sur leur écologie. Ses explications sont coupées à plusieurs reprises par des Casse-noix mouchetés, probablement pas très ravis de nous voir sur leur territoire. 5 chenilles sont trouvées (dont 4 de la même espèce) parmi lesquelles 2 sont recouvertes d’œufs : Ces chenilles ont été parasitées par un hyménoptère braconoïde, ensemble d’espèce de guêpe ayant des larves se développant à l’intérieur des chenilles. L’ensemble a été conservé et ramené au laboratoire pour suivre leurs évolutions respectives (parasitées et non parasitées).

Nous avons hésité à pique-niquer au près des moulins mais finalement la perspective de manger assis dans l’herbe mouillée nous a fait faire demi-tour. Ce midi ça sera pique-nique dans le réfectoire !

Après une pause digestive de 40 minutes, nous nous retrouvons tous dans le Linabio (Laboratoire d’Identification Naturaliste Biodiversita) pour identifier tout ce que nous avons récolté ce matin. Nous nous répartissons donc en trois groupes, en fonction des intérêts de chacun : Adèle, Yoan et Sabine se lancent sur l’identification des plantes ; Théotime, Calie, Mathis et Léane sur la mise en place des cages d’élevage et l’identification des chenilles (après quelques hésitations on se rend compte que certaines des chenilles avaient déjà été trouvée l’année dernière et Léane ne tarde pas à retrouver le nom de mémoire !) ; Jaad sur l’identification d’un criquet et pour finir Marguerite et Juliette sur l’identification des arthropodes. Martha et Ambre ont fait différentes choses, elles ont commencé par identifier un insecte chacune puis ont rejoint le groupe élevage.

Résultat des courses :

Les chenilles : Mélitée Orangée (Melitaea Didyma)

Le criquet : Chorthippus sp.

Les plantes : Orpin blanc (Sedum album), Armoise absinthe (Artemisia absinthium), Lathyrus heterophyllus, Gaillet jaune (galium verum), Knautia avensis

La fin de l’activité scientifique a permis de concevoir un « Twister naturaliste », on a repris le concept du Twister (jeu où l’on doit placer ses pieds et ses mains sur des couleurs) mais en remplaçant les couleurs par des ordres d’insectes : Lépidoptères, Coléoptères, Orthoptères, Hyménoptères et Diptères sont au rendez-vous !

Après le goûter, 2 activités extra scientifiques ont été proposées : Grand sport collectif ou session de shopping pour faire le plein de carte postale et de souvenirs de Suisse (jour idéal pour faire ça puisque que tous les mardi un petit marché s’installe à St-Luc !).

Et pour bien finir la journée un grand Ambassadeur réunissant tous les participants a été mis en place. Le but du jeu ? Il y a plusieurs équipes dans des pièces séparées. Dans chacune des équipes, une personne doit aller chercher un mot et le faire deviner à son équipe le plus rapidement possible, le tout par mime ! Aucun mot n’est autorisé ! Une fois que le mot est trouvé, une autre personne part en chercher un autre. L’équipe ayant deviné le plus de mots dans le temps imparti remporte la victoire !

Après ça, tout le monde est parti se coucher assez rapidement puisque demain nous allons nous lever à 5h pour faire une balade matinale et essayer de voir quelques animaux peuplant les forêts des environs de St-Luc !

Mercredi 26 juillet

Ce matin, nous comptions faire un affût très tôt dans la nuit, mais à cause de la pluie nous avons décidé de faire une randonnée matinale. Nous nous sommes donc presque tous levés à 5h15 pour aller se balader en forêt en espérant voir des animaux sauvages. Nous avons vu et entendu des oiseaux ainsi qu’admirer de beaux paysages.














Après un petit goûter en haut de la balade, nous sommes redescendus prendre le (gros) petit déjeuner à l’hôtel autour de 8h. Chacun a pu ensuite prendre un petit temps libre, puis certains sont allés se reposer pendant que d’autres ont continué le twister naturaliste commencé la veille. « Main gauche sur un orthoptère, pied droit sur un Lépidoptère » disait Sylvain à Marguerite et Juliette, les vainqueurs du jour.

L’après-midi nous avons pris le funiculaire (après une course folle pour ne pas le rater) qui nous a monté jusqu’à Tignousa. Nous avons ensemble choisi notre projet scientifique de la semaine : nous centrerons nos recherches sur les syrphes et les graminées. Un temps d’observation et de capture de toutes sortes d’insectes et de plantes a suivi. Nous les analyseront et identifieront plus tard, après leur entrevue au réfrigérateur du laboratoire. Ambre a même eu la joie de trouver une chenille (tant attendue) sur le terrain, elle fait maintenant partie de notre jeune élevage de papillons.






























Les 45 jeunes réunis après le goûter, ils se sont dépensés avec un Zagamore, jeu où s’affrontent deux équipes constitués de chaman, assistants chaman, guerriers, chasseurs etc.
Puis le programme habituel reprend son cours : douche, dîner, temps libre avant la veillée : un vampire. Pas de panique, personne n’est mort ! Plus de rire (et de cris) que de pleurs !

Jeudi 27 juillet

Départ pour l’Armina ! Les sacs bien chargés, on prend le funiculaire puis on marche jusqu’à un lac à l’Armina, passage par le chalet blanc, puis au milieu des vaches du coin, habituées aux montagnards. On arrive avec joie au lieu de bivouac, certaines dames courageuses décident de se baigner malgré la température d’altitude. Après-midi libre : frisbee, balade, repos, ninga (jeu très amusant), et quelques identifications de papillons et autres insectes alpins.
























Les drôneurs nous rejoignent et un petit convoi s’organise pour retourner au chalet blanc, pour aller chercher du fromage et du lait à la ferme. Pendant ce temps, les autres préparent et commencent les grillades.
La soirée se passe donc autour de feu, entre saucisses, riz (prévoyez 1h pour 1kg de riz svp), légumes divers et variés et même des fruits frits avant de passer aux chamallows. On finit par un Sporz dans les duvets avant de fermer les yeux.
Une douce et froide pluie réveille certains au milieu de la nuit...

Vendredi 28 juillet

Division du groupe selon les envies. Mathis, Jaad, Marguerite, Yoan, Sylvain et Elodie
partent pour un sommet à 3000 : la Bella Tola. Les autres partagent leurs connaissances avec les drôneurs sur le campement avant de redescendre à St Luc à pied.
Les grands marcheurs redescendent après contemplation d’une vue à 360°C au sommet et un pic nique plus bas avec un abris au vent.
A la descente, on effectue quelques identifications puis on a enchaîné sur des transects le long de la rivière avant que la météo nous rappel à l’ordre : destination St Luc par le fameux funiculaire.
Les jambes bien fatiguées, on rentre pour la douche puis belle récompense : une raclette, avis aux amateurs de fromages Suisse ! Un régal.
Enfin, la soirée continue avec la BOOM : musique, danses et chants jusqu’à ce que la fatigue se fasse sentir ! Merci DJ Maxime !

Samedi 29 juillet

Dernier jour du séjour pour beaucoup d’entre nous et donc mise en place de la rituelle retransmission d’OSI. Le matin chacun a pu travailler sur un sujet qui lui plaisait (explication du projet Biodiversita, conception de d’affiches, présentation des élevages, explication de l’utilisation d’une clé d’identification…). Cette préparation a permis de présenter de nombreuses choses l’après midi et de deux manières différentes : un groupe a mis en place un stand à l’extérieur de l’hôtel pour présenter différents petits ateliers et l’autre a préféré présenter le projet sous la forme d’un power point.
L’ensemble de la journée s’est déroulée sous le soleil et la bonne humeur !

Dimanche 30 juillet

Aujourd’hui journée tranquille, la grande majorité des participants ont pris le bus le matin pour rentrer chez eux (on passe de 49 à 16 participants) et parmi les Biodiversita, nous sommes plus que 5 sur les 12 que nous étions, donc on en profite donc pour aller faire une petite rando à Zinal.
Karol nous a dit avoir vu des chamois quelques jours auparavant sur un flanc de montagne après Zinal, nous avons donc décidé de marcher jusqu’à cette zone et y pique-niquer. Comme d’habitude, nous avons profité du chemin pour identifier quelques espèces animales et végétales et alors que nous étions en pleine observation d’une buse variable (Buteo buteo), 4 génisses en semi-liberté sont venues nous voir et était très très curieuses de nos affaires ! Et que je te lèche ton sac, et que je me frotte à toi et j’essaie de manger ta jupe…
Une fois sur le lieu du pique-nique nous avons sortie jumelles et longue vue et nous nous sommes mis en affût. Mais rien… Absolument rien… La patience c’est progressivement émoussée et nous nous sommes mis à manger, à faire le tour des arbres présents sur la sorte de petite île sur laquelle nous étions puis nous avons mis les pieds dans l’eau (qui venait tout droit des glaciers et devait être à moins de 10 degrés !) pour essayer d’attraper des têtards.
Et soudain Konan, qui était resté l’œil collé à la longue vue, s’est mis à faire de grands mouvements et à crier « Chamois ! Chamois ! Chamois ! ». On s’est tous levé avec précipitation pour aller voir et Léane qui était les pieds dans l’eau à ce moment-là a mis tellement de volonté à rejoindre la berge qu’elle s’est retrouvée les fesses dans l’eau glacée !
Les chamois sont restés se prélasser au soleil en se déplaçant peu pendant une bonne demi-heure, une observation vraiment superbe ! Mais une fois de plus la pluie est venue mettre son grain de sel dans l’histoire et nous avons dû remballer nos affaires en vitesse pour éviter l’orage. Le chemin du retour s’est fait sous des nuages menaçant et de grosses gouttes encore hésitantes et nous sommes arrivé au bus juste avant que l’orage n’éclate.
De retour au centre, chacun a pu faire connaissance avec les nouveaux participants et un grand jeu (celui de Dédé) a permis de connaitre à peu près tout le monde.

C’est maintenant une équipe de 8 jeunes motivés qui continuent ou commencent cette semaine : Marguerite, Jaad, Mathis, Yoan et Léane pour les anciens et Dalais, Augustin et Edern pour les nouveaux.

Lundi 31 juillet

Petite frayeur ce matin : alors que les règles de vie était progressivement mises en place par les participants, de gros nuages noirs se sont amoncelés à l’extérieur, la pièce s’est assombrie et des gouttes épaisses n’ont pas tardées à s’abattre régulièrement sur les fenêtres de l’hôtel… Le plan initial d’aller en haut du funiculaire pour faire un peu de prospection avait alors l’air bien compromis…
On a donc commencé par faire une réunion (bien à l’abris !) pour planifier notre semaine et voici les objectifs principaux qui en ont découlés :
-  Essayer de partir en bivouac deux nuits de suites, apparemment Konan a été faire une reconnaissance à Ponchet, zone à l’extérieur de notre zone d’étude (que nous allons donc élargir un peu pour l’occasion) qui est idéale pour les bivouacs.
-  Essayer d’identifier un maximum d’Hémiptères (ordre des punaises) pour compléter notre inventaire. En effet, pour l’instant les participants des années passées n’ont pu en identifier que 3 ! Et autre avantage de cette étude ? Les punaises font partie des insectes qui ne sont pas trop dérangés par la pluie ! Donc cette semaine le mauvais temps ne devrait pas trop nous déstabiliser (c’est nous qui l’avons pris de court !)
-  Et, bien entendu, continuer notre inventaire d’espèces du Val d’Anniviers !
Juste avant de partir nous avons fait des paris sur le nombre d’espèces (tout compris : plantes, insectes, mammifères…) que nous allons trouver à Ponchet en 2 jours sur place :

Léane : entre 30 et 50
Marguerite : 70
Dalais : 145
Augustin : 250
Edern : 90
Yoan : 300
Jaad : plus ou moins 100
Mathis : entre 50 et 60

Ainsi que sur le nombre de punaises que nous allons réussir à identifier tout au long de la semaine :

Léane : une 20taine
Marguerite : 17
Dalais : 16
Augustin : 10
Edern : 9
Yoan : 40
Jaad : 15
Mathis : 14

Le temps de faire tout ça, le ciel s’est dégagé et c’est un beau soleil qui a accueilli notre sortie de l’hôtel. Dans le doute, nous ne sommes quand même pas parti très loin et sommes aller pique-niquer dans des prairies à une petite demi-heure de marche au-dessus de l’hôtel. Nous avons, bien entendu, profiter de ce chemin pour identifier quelques espèces, parler des différentes familles de plantes, expliquer la différence entre les différents ordres d’insectes… Les participants déjà là depuis une semaine ont été sollicités pour répondre au maximum aux questions des nouveaux et un échange de savoirs intéressant s’est mis en place tout au long de la montée. Sur la route, nous avons aussi eu la chance d’observer 2 geais des chênes (Garrulus glandarius) qui étaient visiblement suffisamment occupés à décortiquer des graines pour ne pas se soucier de notre présence !

Les prairies ont été ratissées au filet fauchoir et les filets à papillons ont tournoyé pendant une bonne heure après le pique-nique et une fois que tous nos flacons à échantillons furent pleins d’insectes non identifiables sur le terrain, nous avons progressivement pris le chemin du retour.

Arrivé à 14h30 à l’hôtel, chacun a eu le choix entre faire une pause ou aller directement au labo identifier les échantillons récoltés le matin. Résultat des courses :
-  Une nouvelle espèce de punaise (considérée comme relativement rare !!) : Jalla dumosa
-  3 nouvelles espèces de papillons de nuit

Edern en a profité pour observer attentivement à la loupe binoculaire un criquet qu’il a ramené de Bretagne !
L’après-midi nous avons retrouvé les participants des autres séjours pour faire les activités extrascientifiques avec deux choix possibles : aller sur la place de la marmotte pour regarder un spectacle de feu (jongleur et cracheur) ou rester au centre pour faire des jeux de société.
La soirée a été animée par la fête de St-Luc, un conteur nous a raconté les vieux contes et légendes du Val d’Anniviers.

Mardi 1er aout

Edern : Nous avons identifié des insectes et avons découvert 5 nouvelles espèces du Val d’Anniviers : 2 coccinelles, une punaise et 2 papillons de nuit. Et ce n’est pas fini !
Léane : J’ai bien aimé identifier les espèces de coccinelles à l’aide de : mes yeux, d’Edern et des clés d’identification.
Mathis : j’ai ramassé des plantes hôtes pour nos chenilles en élevage (plantin et euphorbe) et j’ai identifié des insectes pour la 1re fois au labo.

Yoan, Marguerite, Augustin, Dalé et Elodie sont partis en haut du funiculaire puis direction le chalet blanc et descente vers St Luc jusqu’en début d’aprem. Rando, soleil, chants, pique-nique, collection et identification de punaises, papillons, criquets, sauterelles, etc. Joie de la vie de naturaliste !
Retour au labo où l’on retrouve le reste du groupe en train d’identifier les espèces récoltées les jours précédents.
Après une petite pause bien méritée, on retrouve tous les participants pour le goûter puis on a fait un tour en « ville », au centre de St Luc. Marché, supermarché, cartes postales, petite gâterie, tous les excuses sont bonnes pour déguster et profiter des instants valaisans. Un Ultimate frisbee est ensuite organisé près de l’hôtel avec les sportifs aguerris. Dîner à la Fougère, as usual, puis veillée du tonnerre, organisée par Monsieur le directeur : Ambassadeur déguisé ! Une belle partie de rigolade, dont les enfants vous donneront les détails.

Mercredi 3 août

On se programme trois belles journées de bivouacs à Ponchet, avec une vue sur l’Ill Graben, l’endroit le plus érodé de toute l’Europe !
Départ 10h30 pour la plupart de nos aventuriers. Direction Chandolin par le bus puis une belle randonnée dans la forêt nous attend, avec des sacs bien chargés pour ces 3 jours de bivouac qui s’annoncent fort plaisant ! Petite pause pique-nique sur le chemin et session naturaliste. Chacun doit apporter 5 espèces différentes à répertorier sur « Obsmap », l’application que l’on utilise pour répertorier les espèces rencontrées et identifiées. Les jeunes s’en donnent à cœur joie ! Il faut dire que le paysage et la météo rendent la journée magnifique !
Léane, Mathis, Jaad et Viktoria nous rejoignent en (splendide) van rose avec des fleurs ! Pierre (le directeur) les a emmené pour leur permettre de moins marcher.
Belle surprise à l’arrivée, une vue magnifique, un terrain assez plat, moitié forêt moitié champ, impeccable pour un bivouac. On fait chacun une pause bien méritée, certains construisent une cabane, d’autres composent une chanson pour notre directeur bien aimé, d’autres encore se lancent des frisbee alors que 3 courageux refont un aller-retour pour récupérer les dernières victuailles.
Nous avons ensuite fait quelques jeux tous ensemble puis nous avons installé nos affaires pour la nuit (qui s’annonce sans pluie ni froid) et commencé à cuisiner le souper.
Au menu : saucisses, légumes et fruits grillé à la braise et riz, pain fromage. La soirée se passe en cercle autour du feu, à se raconter des blagues, des énigmes, des jeux de mots jusqu’à ce que les paupières tombent et nous forcent à aller dans nos duvets.

Jeudi 3 Août

La sonnerie de notre réveil ce matin-là a été assez particulière : des cloches de moutons, et bien entendu, les moutons qui vont avec… !

Un troupeau est venu nous trouver autour à 7h30, nous faisant émerger doucement de nos duvets bien chauds. Et la première réflexion que chacun se fait directement : le soleil ! C’est le premier vrai grand soleil que nous avons, dans un ciel bleu pur, sans aucun nuage. Il est tout juste 8h et ses rayons ont déjà commencé à réchauffer le sol faisant voler quelques papillons plus matinaux que nous.

Après avoir été jeté un œil au piège à papillons de nuit (que les papillons avaient quasiment tous désertés au petit jour), nous sommes allés réactiver le feu et avons pris notre petit dej’ tous réunis autour, en nous remémorant toutes les blagues et énigmes de la veille.

Pendant les heures qui ont suivis, Konan, Sylvain et Elodie ont proposé trois activités différentes sur lesquelles nous avons pu tourner. Sylvain nous a aidé à identifier les papillons de nuit que nous avions capturé la veille au soir avec le piège, Elodie nous a aidé à identifier des criquets et des papillons qui volaient sur l’alpage et Konan avait monté une longue vue que nous avions pointé sur l’Ill Graben, une des vallées suisses les plus instables sur le plan géologique, pour essayer d’observer des rapaces et des mammifères.

En début d’après-midi, après un repas sur feu de bois, nous avons fait des jeux naturalistes où il fallait être à la fois très réactif (pour courir aller chercher des morceaux de plantes), avoir des connaissances naturalistes (pour répondre aux questions pour un champignons) et savoir travailler en équipe. Ces jeux nous ont permis de réviser tout ce que nous avons appris cette semaine tout en s’amusant !
Juste avant le goûter nous avons été rejoint par le groupe de Minéo ainsi que par Pierre (le directeur du centre), ce qui nous a permis (vu que nous étions plus nombreux) de mettre en place des parties endiablées de « Piou-piou » (sorte de cache-cache où il faut savoir se fondre très rapidement dans le paysage) et de « Capture de drapeau » (jeu où 2 équipes s’affrontent pour essayer de capturer le drapeau de l’équipe adverse).

Une fois la nuit tombée, les vieux arbres de l’alpage ont vu leur tranquillité disparaître subitement. Pierre avait ramené de quoi diffuser de la musique et l’alpage, si paisible habituellement, a vu s’affronter des équipes de chanteurs, de danseurs et de reconnaissance musicale. Une super soirée ! Juste avant d’aller se coucher nous sommes partis faire 30 minutes de marches aux flambeaux dans la montagne, une expérience vraiment sympa !

Vendredi 5 août

N.B : Ce lieu de bivouac n’est pas dans notre zone d’études mais c’est important de connaître quelque peu les espèces des zones environnantes. En effet, si on remarque l’apparition ou la disparition d’espèces dans notre zone d’études, dans le Val d’Annivier, et que l’on n’a aucune idée de la biodiversité des milieux frontaliers, nous ne saurons pas expliquer l’apparition de nouvelles espèces ni la disparition d’espèces habituellement présentes.

Samedi 6 août

Samedi = retransmission donc la journée commence de manière dynamique. Chacun choisi une manière de retransmettre sa semaine de projet. Des posters pour certains sur les cycles de la mélitée orangée saine et la mélitée orangée infectée de parasites, ou sur les nouvelles espèces d’hémyptères (punaises) découvertes, d’autres ont préféré préparer un power point pour une présentation orale, d’autres ont continué la collection d’insectes, l’identification des échantillons récoltés. Tout le monde était à l’œuvre et savait où « donner de la tête » ! A midi, déjeuné tous ensemble et mouvementé à la Fougère puis court temps libre avant de reprendre la préparation et l’installation des stands de la retransmission.
Vers 14h30 des parents arrivent, et passent de stands en stands pour en apprendre plus sur les minéraux, sur la biodiversité ou l’astrologie. On propose aussi un twister naturaliste sur différents ordres d’insectes et une marelle sur les rapaces !
Puis vers 15h30, le groupe agrandi se dirige vers le réfectoire, transformé en amphithéâtre. On écoute la présentation des astros, des minéos puis celle des biodiversités, suivi d’un petit film de leur séjour et d’un question pour un champignon où les parents doivent trouver le nom d’une espèce d’après leur définition.
Un gouté maison est ensuite servi pour raviver les forces de l’auditoire et des présentateurs, surtout qu’ils ne savent pas ce qui les attend... un Quiditch !
Deux équipes constituées de parents et d’enfants s’affrontent sur un terrain à 3 buts de chaque côté du terrain, des cogneurs et un vif d’or. Que le meilleur gagne.
Après cette partie acharnée, une bonne douche s’impose et le fameux rangement des sacs. S’en suit la une surprise du chef : une chanson écrite et chantée par les jeunes pour le dirlo !
Dernier repas à la Fougère avant une veillée Cluedo : quel restaurateur a récupéré les rats de la décharge pour les cuisiner illégalement à leurs clients ?
Les groupes se donnent à cœur joie pour résoudre l’énigme !
Par séjour, on a ensuite fait un petit point bilan sur la semaine puis au lit !

Photos / Vidéos

Nos partenaires

Voir également