A l’Affût de la Biodiversité du 3 au 17 Juillet 2016

Voir descriptif détaillé

A l’Affût de la Biodiversité du 3 au 17 Juillet 2016

Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Lundi

Il est huit heures, les réveils sonnent. Le premier jour à Saint-Luc débute sous un ciel clair et le soleil, qui nous suivra toute la journée, commence à réchauffer timidement le sol refroidi par la nuit.
Après un petit déjeuner copieux dans le réfectoire de l’hôtel, nous avons fait nos sacs pour la journée : Bouquins d’identification, petites loupes, tubes pour mettre les insectes qui ne pourront pas être identifiés sur le terrain,gourde, crème solaire.... Et surtout filet à papillon !

Nous avons descendu les 5 étages de l’hôtel pour rejoindre Konan, notre éducateur, et pensions le suivre tout simplement vers le lieu de prospection. Mais non ! Il nous a donné une carte et c’était à nous de trouver le meilleur parcours pour aller jusqu’aux moulins.

En chemin nous nous sommes arrêtées pour identifier des arbres et avons trouvé sur un intervalle d’une dizaine de mètres : Un Sureau à grappes (Sambucus racemosa), un Mélèze (Larix decidua), 3 Epicéa (Picea abies), un Frêne (Fraxinus excelsior), ainsi qu’une jolie plante aux fleurs violacées nommée Ancolie.

Une fois aux moulins (et après l’identification de nombreuses autres plantes !) les choses sérieuses ont commencé ! Il nous a été accordé 30 minutes pour trouver un maximum d’ordre d’arthropodes ! Avant de déterminer l’espèce de chaque animal capturé nous avons donc appris à les réunir par groupe et Konan nous a expliqué l’origine des noms d’ordres que nous avions sous les yeux (Par exemple, le terme Coléoptère vient du grec ancien koléos voulant dire « étui » ou « fourreau », et -ptère voulant dire « aile » ).

Bien sûr, nous avons aussi profité de ce temps pour identifier quelques espèces particulières comme la Cyclose conique (Cyclosa conica), une araignée se cachant des prédateurs en se dissimulant dans les restes de ses proies. Ou encore la cheiracanthe (Cheiracanthium sp.), autre araignée gardant jalousement sa progéniture en repliant des feuilles autour d’elle et de son cocon.

Suite à ça, nous avons pu nous familiariser avec la clé des rapaces de Saint-luc en identifiant (aux jumelles) des silhouettes de rapaces préalablement dissimulés tout autour des moulins. Et en allant faire cette activité nous sommes tombés sur une Grenouille rousse(Rana temporaria) !

Le groupe Minéo nous a rejoints pour pique-niquer et nous sommes ensuite tous montés visiter une mine désaffectée !! Si eux y sont entrés pour chercher des roches, nous y avons été dans le but de trouver des insectes ou autres animaux cavernicoles. Mais malgré tous nos efforts, nous n’avons pas eu beaucoup de résultat... En effet, quelques diptères aux allures de moustique ont été aperçus mais dès que nous en repérions un, il fuyait rapidement la lumière et devenait inaccessible.

Au retour vers le centre, nous avons fait une halte : Chasse au papillons !

Et en quelques minutes nous avons capturé : Hespérie de la Houque (Thymelicus sylvestris), Sylvaine (Ochlodes sylvanus), Soucis (Colias crocea), Gorgone (Lasiommata petropolitana), Argus vert (Callophrys rubi), Pieride de la rave (Pieris rapae). Et une fois au centre, nous avons déposé notre matériel au labo et sommes partis en activité extra scientifique avec un choix entre construction de boomerang ou grands jeux !!

La soirée vient de se terminer sur un quizz : « Découverte de l’Australie »

La journée de demain sera consacrée à l’identification des espèces que nous n’avons pu identifier sur le terrain aujourd’hui. En sachant que nous avons sous la main : un Lichen, une Araignée, un Carabe, deux Punaises, un Géomètre et une Zygene ! Autant dire que nous avons du pain sur la planche !

Mardi

La matinée a été découpée en 2 partie, premièrement (comme prévu la veille) nous avons identifier les arthropodes capturés hier (les noms latins et vernaculaires seront rajoutés dans les prochains jours) ! Et autant dire que la loupe bino nous a bien servie !
En effet nous avons du regarder des détails très précis sur certains insecte pour pouvoir les identifier. Par exemple la Clytra quadripunctata a le thorax recouvert de soies dorée (contrairement à d’autres espèce proche) et si les araignées peuvent se différencier à l’œil nu pour ce qui est du genre (et encore pas pour toutes) l’espèce n’est souvent déterminable que par l’examen des organes génitaux.

En parallèle, nous avons fait un « piège » à papillon. Le but étant juste de les observer, nous avons mélangé du miel, du jus d’orange, 3 bananes écrasées, une bière et du sucre que nous avons été répandre sur des tronc d’arbres et des rochers bien exposés au soleil. (Malheureusement le soleil ne fut pas très présent aujourd’hui et nous n’avons pu voir que quelques Moirés lancéolé posés sur les zones en question)

L’identification en labo à continué en début d’après midi puis nous sommes partis en activité extra scientifique ou nous avons traversés des mines, lancés des explosif, poussés des chariots, reconstruit des passages éboulés... Génial !

Demain nous partons en bivouac et allons dormir à la belle étoile au bord d’un lac !

Donc on ne vous écrira pas pendant 2 jours, mais on vous envoi des nouvelles dés qu’on revient, promis !

Mercredi

Aujourd’hui c’est le grand jour, départ pour le bivouac ! Au programme ? Marcher jusqu’au lac du Touno qui est annoncé à 2H30 de marche de Saint-luc pour y recenser la biodiversité. En effet, il y a tout à parier qu’elle soit différente de celle de Saint-luc puisque nous allons monter à 2700 mètre d’altitude.

Nous avons passé une partie de la matinée à faire nos sacs et à 11H on a prit le funiculaire qui nous a posé à Tignousa. D’ici on était censé marcher jusqu’à l’hôtel du Weisshorn où les groupes Minéo et Archi devaient nous rejoindre pour pique-niquer.

Mais voilà... Il y avait un beau soleil et le chemin était fleuri... Les pauses furent donc nombreuses, temps tôt pour attraper un papillon, temps tôt pour identifier un coléoptère, si bien que les 2 autres groupes nous rattrapèrent à mi-chemin ! On a donc dû pique-niquer plus tôt, à l’abri d’une vielle bergerie, mais la rando était à peine entamée que nous avions déjà 2 nouvelles espèces encore non répertorier dans la région : Une Iule de sables (Ommatoiulus sabulosus) et un joli mâle de Micromata virenscece !

L’après midi fut très chaude et les 2H de marche se transformèrent progressivement en 3H30 mais le paysage à l’arrivé récompensa tout nos efforts !! Le lac, d’une puretés impressionnante, était entouré de nombreuses névés et à nos pieds se déroulait une vallée semblant vierge de toute trace humaine. Certains d’entre nous (Adèle, Marguerite pour ne pas les nommer) en ont profiter pour courir pieds nus dans la neige !

Précisons aussi que sur le chemin, nous avons prit le temps d’observer des cicindeles en chasse, dont deux espèces ont pu être identifiés sur le terrain : Cicindela gallica et Cicindela campestris. Un nouveau papillon à aussi pu être observé, le Moiré cendré Erebia pandrose !

Au fur et à mesure, le soleil tournant dans le ciel et le vent se levant progressivement, nous avons commencé à pré-sentir le froids de la nuit à venir... Mais nos éducateurs ont eut un super plan ! Coincé entre 2 névés, nous avons passé une partie de la soirée à construire un mur avec les pierres à notre disposition.

En parallèle, un jeu à été lancé pour trouver des formes dans les restes de neige éternelle du paysage.

en voici quelques exemples :
une tête d’aigle,

une tête de dragon,

ou encore, un extraterrestre pianotant sur son clavier,

On a fait un Sporz avant d’aller se coucher puis on à prit le temps, bien serré les uns contres les autres pour ce tenir chaud) d’observer un ciel étoilé quelques fois tranché en deux par un trait lumineux : des étoiles filantes !

Jeudi

Finalement on n’a même pas eut froids ! Il faut dire que nous étions 11 à dormir au même endroit dans de bon duvets, recouvert de couvertures de survie et abrité par un super mur de pierre, donc forcément...(Précisons quand même que certains d’entre nous ce sont réveillé avec une légère couche verglacée sur leurs duvets !).

(il faut réussir à nous retrouver sur cette photo !! )

On a rangé le campement et avant de partir on à fait 2 transects, le but étant de comparer l’abondance de 2 espèces de plantes à des altitudes différentes : la Pensé et la Gentiane bleue de Koch).

A 1700 mètres, aux abords du lac, nous avons trouvé 619 pensées et 1 gentiane
A 1600 mètres, dans une prairie humide ressemblant au milieu précédant, 115 pensées et 32 gentianes

Le groupe s’étant séparé suite au second transect, nous n’avons pas pu réaliser le 3e initialement prévu à 1500 mètres. Ceci dit, ont peut déjà voir une différence d’abondance pour les 2 espèces avec 100mètres de dénivelé.

15minutes plus tard, survient l’événement le plus marquant de la journée !! Une petite belette courant de rochers en rochers à une 15aine de mètres de nous ! Son jeune âge ne lui faisant pas prendre les décisions les plus stratégiques pour sa survie nous à permit de l’observer pendant une bonne dizaine de minutes.

(si si, il y a bien une belette sur la photo !)

La journée s’est progressivement déroulée, toujours sous ce même soleil écrasant et a midi, lors du pique-nique en bord de chemin, un Casse-noix moucheté est venu nous faire comprendre, à grand renfort de voix, qu’on était sur son territoire !

A 17H30, nous avons finit par rejoindre l’hôtel où chacun à redécouvert les le bonheurs de la douche froide après 2 journées comme celles-ci !

La journée s’est finit sur un match de théâtre d’impro !

Et lorsqu’il a fallut résumer les 2 jours en 10 grandes idées, voilà ce qui a été dit :
Fondue (même si problème avec récipients)
Rando
bivouac
fatigué
belette
névés
lac
couru pieds nus dans la neige
+ de nouvelles espèces
mur de pierre

Vendredi

La journée de vendredi fut un peu particulière puisque notre éducateur était en congé. On a donc rejoins un autre séjour pour la journée, Marguerite à été avec le groupe de Minéo et Léane avec le groupe Architecture ( les choix étant : drone, minéo, astro et archi).

L’après midi, nous avons pu assister à la représentation du groupe de musique partageant l’hôtel du Cervin avec nous. C’était un curieux mélange de musique contemporaine et de danse moderne, ce qui a plu à certain et moins à d’autres...

La soirée s’est déroulée dans le calme et a tournée autour d’une thématique solaire ! En effet, Maxime (éducateur en astronomie) a fait un exposé sur les cycles des planètes du système solaire.

Samedi

Le Samedi est une journée particulière, en effet certains participant (ne faisant qu’une semaine de séjour) vont bientôt nous quitter. Cette journée est donc principalement consacrée à la retransmission, devant un public extérieur, de tout ce qui à été fait pendant la semaine.

Sur le séjour biodiversita, tout les participants restent la seconde semaine (nous accueilleront juste une nouvelle participante dimanche soir : Céleste !). Nous avons donc fait le choix de ne pas faire de retransmission cette semaine pour pouvoir avancer sur le programme que nous nous sommes fixé. Nous feront donc une seule grande retransmission Samedi prochain. Venez nombreux !!

Jeudi soir nous étions rentré de bivouac les poches pleines de tubes contenant des insectes non-identifiés. Ce matin, pendant que les autres groupes commençaient leurs affiches pour la retransmission, nous sommes donc passés aux choses sérieuses ! Une loupe binoculaire dans une main, un bouquin d’identification dans l’autre et nous voilà partis pour une matinée d’identification.

Un aperçu des espèces observées (dont certaines encore non répertoriées dans la région par le séjour Biodiversita)

Le midi (et ça sera toujours comme ça désormais) nous sommes monté à Tignousa, en haut du funiculaire pour manger. Et là, une proposition de notre éducateur : ce soir en parallèle de la boum (parce que oui, à OSI aussi il y a la boum rituel de fin de séjour !) on fait une chasse de nuit !

Précisons... Une chasse de papillon de nuit ! La motivation étant là, une fois redescendu par le funiculaire, on a été aider Konan à installer le matériel (draps, corde tendu, lampe UV, boites d’œufs...) au dessus de l’hôtel. Nous avons choisi un lieu de jonction entre les bois et un pré en espérant attirer des espèces de différent milieux puis sommes partis faire du terrain. Et ça y est, les noms de plantes et de papillons commencent à être bien connus !

En allant vers un champ riche en fleure (et donc probablement en papillon) vu la veille nous avons vu passé à nos pied une ombre grosse comme un poing ! Et en levant les yeux, surprise ! Un Apollon ( Parnassius apollo) ! Après une petite course, nous avons finis par réussir à l’avoir et c’est avec émerveillement que nous sommes resté l’observé pendant de longues minutes.

Précisons que ce magnifique papillon est l’un des plus menacé d’Europe...

Au retour, nous avons assisté à la retransmission des autres participants et la soirée s’est finis tard (aux alentours de minuit) puisque qu’après la boum, qui à durée jusqu’à 22H00, nous sommes allé voir notre piège à papillon, qui était déjà bien remplit !!

Nous avons pu observer (entre de nombreux autres)

des petits Sphinx de la vigne (Deilephila porcellus)
des Ophiuses de l’Orobe (Lygephila luscria)
une Phalène du bouleau (Biston betularia)
une Plusie montagnarde (Syngrapha ain)
plusieurs V d’or (Autographa pulchrina)

… et la liste serait encore longue !

Dimanche

Aujourd’hui repos ! Ou presque...

normalement de 8H à 10H, on se lève progressivement, on mange, on se lave..... et à 10H commencent les activités scientifiques. Mais aujourd’hui on a fonctionné différemment ! La veille au soir, Konan nous avait proposé de nous lever très tôt pour aller voir tout les papillons qui seraient sur le draps engourdit par la fraîcheur matinale. Et on était vraiment motivé !! Mais finalement le réveil fut un peu plus dur que prévu... Et nous l’avons rejoins qu’à 8H00. Ceci dit, il y avait encore de nombreux papillons (et des coccinelles oranges (Halyzia sedecimguttata) qui visiblement étaient aussi très attirées par ce type de piège).

Le reste de la mâtiné fut libre, on pouvait autant être en temps calme, qu’être au labo et chacun à pu choisir ce qui lui plaisait de faire.

L’après midi, le temps de laisser les nouveaux participants s’installer, tout le monde est parti en rando. Bien sûr on a quand même prit nos filets à papillon (cela à beau être une journée repos, on ne sait jamais !!). Et cela porta ses fruits ! Nous avons attrapé un machaon (Papilio machaon) pour la première fois depuis le début du séjour.

Cette rando à aussi permis de recenser une espèce d’araignée encore non répertoriée : Une variété d’épeire feuille de chêne ne vivant quasiment que dans les pierriers : Aculepeia carbonaria.

En arrivant, nous avons pu accueillir les nouveaux participants et après s’être tous présenté nous avons eu le choix entre 2 veillés.

Regarder l’Euro 2016 ou faire des grands jeux en extérieure.

Lundi

On est un de plus !
Céleste nous a rejoins pour la semaine. Après lui avoir présenté le labo nous avons refais un point sur les objectifs ( et les envies) de la semaine.

Et voici ce qui a été dit :
- Faire un bivouac
- Augmenté le nombre d’espèce recensés
- Faire une chasse nocturne (papillons)
- Poser un piège photo automatique
- Poser un piège à reptile
- augmenter le nombre d’escargot recensés
et surtout :
- Faire une nouvelle clé d’identification !

Là dessus, nous sommes partit sur le terrain armé de filets et des anciennes clés d’identifications. Le but de la matinée ? Appendre à reconnaitre les familles des plantes ! (et des insectes pour Céleste).

Certaines familles ont été retenus rapidement, comme celle des graminées ou des campanulacées, mais d’autres aux noms plus barbare comme les caryophyllacées ont été plus difficiles à retenir... Et tout ça pour dire que nous étions en pleine réflexion pour retrouver les familles qu’un Apollon est de nouveau venu nous narguer !

Ni une ni deux, on a tout laissé sur place, plantes et clés pour aller lui courir après ! Et au bout de quelques minutes, ça y est, on l’a eu !

En fin de matiné, nous sommes retourné au labo pour identifier les derniers papillons de nuit qui restaient de la chasse de l’avant veille puis nous avons pris le funiculaire pour aller manger à Tignousa. Et plutôt que de le reprendre pour rentrer.... nous sommes rentrés à pied !

Et c’est à travers un milieu forestier bien sympa que nous avons rejoins le centre. Non sans avoir fait de nombreuses haltes pour identifier les arthropodes croisant notre chemin ! Et précisons aussi qu’a mi-chemin nous avons vu une biche détaler devant nous et un arbre recouvert de petites chenilles rouges et noir portant des excroissances impressionnante (probablement L’Hermine (Cerura erminea) mais on attend de voir les prochains stades de mue pour confirmation).

On est rentré juste avant la pluie, qui s’est mise à tomber avec force une fois la porte fermée derrière nous. L’activité extra-scientifique initialement prévue dehors s’est transformé en heures « Jeux de société » et la soirée s’est conclue sur un Ambassadeur !! (Sorte de concours de mime entre différentes équipes).

Mardi

Il pleut...

Et bien très bien ! Voici l’occasion de travailler sur les gastéropodes de St-Luc ! La matinée nous a donc servi à rechercher le maximum d’escargots et limaces différents, que nous avons ramené en labo pour les identifier.

Résultat des courses ?

Une grande majorité d’escargot de Bourgogne (Helix pomatia), des escargots des haies (Cepaea nemoralis) que l’on reconnait d’une autre espèce proche, l’escargot des jardins ( Cepaea hortensis) par son péristome sombre, un représentant de Bouton commun (Discus rotondatus) et 2 grosses limaces d’espèces différentes : Arion rufus et Arion Ater !

En couplant avec les données des années précédentes, nous sommes arrivé à un petit total de 10 espèces ! Avec ça, on a pu rentrer dans le vif du sujet : créer un nouvelle clé d’identification.

Les 2 heures d’activité scientifique de l’après midi se sont donc déroulées en labo et la clé à progressivement prit forme.

Les 3 participants se sont mit d’accord pour diviser la clé en différentes parties :

1) Expliquer l’organisation général des gastéropodes
2) Une case « Le saviez-vous »
3) Une clé d’identification
4) Une liste de photo des espèces trouvées

Et si on arrive à la finir avant la fin de la semaine, chacun pourra partir avec une clé perso !

Maxime (éducateur en astronomie) à ensuite proposé une observation du soleil !

Mercredi

Bon, il ne pleut plus mais ce n’est pas pour autant qu’il fait super beau...

Mais qu’a cela ne tienne, nous voilà parti sur le terrain ! Pas seul cette fois ci, les Minéo nous accompagnent. Ce qui a permit des faire des activités croisées, les biodiversita ont été visiter la mine de Fusette et les minéo ont pu faire un peu d’entomologie et de botanique.

Avec le temps qu’il faisait, le seul papillon que nous avons vu était accroché sous une feuille en ayant l’aire un peu frigorifié... Mais on a pu voir quelques espèces d’araignée tel que Zygiella x-notata, une petite araignée qui se reconnait grâce à la forme de sa toile ! En effet, c’est la seule Araneidae à faire une toile circulaire non fermée.

En parallèle, Konan nous a fait un topo sur l’ensemble des facteurs entrant en jeu lors de la décomposition des sols forestiers.

Et vous aussi vous voulez aller visiter la mine de Fusette, je vous invite à copier ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=dEu...

C’est une vidéo réalisée l’été passé sur cette même sortie

Nous avons pique-niquer juste à l’entré de la mine (que nous avons réussit à atteindre tant bien que mal) et une fois à l’intérieur, le groupe biodiversita en à profité pour chercher des animaux cavernicoles. Une seule espèce à été trouvée (à 32 mètres de profondeur !) : un petit diptère en cours d’identification.

Une fois redescendu de la mine, on s’est rendu compte que le bus ne repassait que dans 45 minutes...Et contre toute attente, il y a eu une motivation générale pour rentrer à pied jusqu’à l’hôtel !

De retour, on a continuer de travailler sur la clé d’identification des gastéropodes pendant une petite demi heure et ça avance bien ! Céleste nous a fait de superbes illustrations, Marguerite s’est chargée de la clé et Léane de la case « Le saviez-vous ».

En fin d’après midi, 2 activités extra scientifiques ont été proposées :

Orpaillage (ou la recherche d’or dans les rivière) et monocycle !

Et le soir on a fait quelque chose réclamé depuis le début de la semaine :
UN LOUP GAROU A TRENTE PERSONNES !!!!

Jeudi

C’est armé de jumelle que nous sommes partit cette fois-ci ! Et bien nous en à prit ! On a eu l’occasion d’observer 4 Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes) en pleine décortication de cônes de Pin cembro (Pinus cembra).

Ces 2 espèces sont en total collaboration puisque le cassenoix casse les graines des cônes avec son bec et les enfouit sous terre dans plusieurs centaines de caches disséminées sur son territoire de reproduction pour constituer des réserves. Et comme pour les écureuils, certaines de ces caches sont oubliée... Ce qui permet à d’autre Pin cembro de pousser !

Et quelques dizaines de mètres plus loin, un joli mâle de Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) nous à fait comprendre que nous n’étions pas les biens venu sur son territoire.... Nous sommes donc, bien sûr, rester l’observer et au bout de quelques minutes, il s’envole et nous révèle par la même occasion l’emplacement de son nid !

Autre événement marquant de la matinée : les chenilles !
Des dizaines de chenilles grignotant les plantes à nos pieds, nous ravissant de leurs couleurs superbes. On en récupérer quelques unes et avons commencé un élevage au labo ! Et après identification, on s’est rendu compte que l’une des espèces prélevée était une espèce non répertorié dans la région : La mélitée Orangée (Melitaea didyma) !!

L’après midi s’est déroulé en 2 grandes parties : amélioration de la clé et observation de chenille ( activité non prévue à l’origine mais qui a accaparé l’attention des participants pendant un bon bout de temps).

La journée s’est terminée par une sardine ( sorte de cache-cache inversé) dans tout l’hôtel puis Émilie (éducatrice en minéo) à lu des contes et légendes de la région.

Le dernier Week-end

Ces dernier jours ont servi à la mise en place de la retransmission, concept consistant à présenter aux parents (et à tout autre personne passant dans les environs) ce que nous avons retenu de la semaine.

On a donc principalement fait du labo vendredi et samedi matin pour préparer nos affiche. Nous avons choisi de faire une présentation sur le cycle de vie des papillons (suite à l’élevage de chenille que nous avons fait cette semaine), une affiche sur la chasse de nuit (avec présentation du matériel utilisé et des différentes espèces trouvées lors des chasses que nous avons fait lors du séjour) et un stand pour apprendre à utiliser une clé d’identification avec différentes espèces d’arbre.

Bien sûr, nous ne sommes pas resté enfermé pendant 2 jours ! Vendredi midi, après avoir mangé en haut du funiculaire, nous sommes redescendu par les sentiers de randonnée ce qui nous a permis de recenser quelques espèces de plus.

La retransmission s’est déroulé sous un soleil éclatant, tout le monde à pu apprendre des choses sur les autres séjours !

Et le lendemain tout le monde est reparti de son côté, des souvenir et des connaissances plein la tête et pour certains avec la promesse de revenir l’année prochaine !

Nos partenaires

Voir également